Le monde du snowboard semble en perpétuelle mutation...
G.D. "Oui. Le matériel évolue beaucoup. Les snowboards sont de plus en plus polyvalents et s'adaptent à tous les types de neiges et de pratiques. Ils intègrent beaucoup de technologies. Cette polyvalence n'est pas une question de design des planches mais de matériaux employés par les fabricants. Auparavant, on avait un snowboard pour faire du freestyle, un autre pour le freeride, un autre pour la piste etc. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. C'est pourquoi le snowboard s'adresse à tous, y compris aux femmes, certains étant spécialement adaptés à leur morphologie.
En somme, on assiste à une démocratisation de la discipline...
Swatch
O’Neill Evolution
15/01/2008 À 10:53
Il est vrai que le snowboard ne concerne plus seulement aux jeunes. Les tout petits s'y mettent souvent d'entrée sans passer préalablement par le ski. L'évolution du matériel et de la technique permet aussi aux seniors de s'y adonner et de s'initier plus rapidement, de manière ludique, sans avoir mal aux genoux ou au dos comme par le passé. Même si le snowboard a toujours des codes différents et atypiques, il attire un large public.
Lequel a encore du mal à trouver des terrains de jeux adéquats...
Contrairement aux Etats-Unis et au Canada, on dénombre finalement très peu de snowparks en France. On commence seulement à y croire. Désormais, on s'intéresse notamment aux jeunes et à ceux qui veulent s'initier avec des modules ludiques et pas trop compliqués. Un bon snowpark doit être est entretenu tous les jours et être accessible tant aux pros qu'aux amateurs et à ceux qui débutent afin que les uns et les autres puissent se retrouver. Il doit également s'adresser à ceux qui pratiquent le boardercross, le half-pipe même s'il est difficile et coûteux à entretenir, le Big Air ou encore le handrail qui est une spécialité en plein boom. En France, quelques stations comme Avoriaz, les Sept Laux, les 2 Alpes, Val d'Isère ou Risoul proposent ce type d'infrastructures. Elles ont vraiment compris l'impact de la discipline et que la demande était réelle. Les temps ont changé. Je me souviens qu'à une époque, le snowboard était interdit dans certaines stations et que les magasins ne vendaient pas de matériel. Ceux qui se sont vites adaptés s'y retrouvent aujourd'hui financièrement.
«Le snowboard a contribué au renouveau du ski »
Le marché du snowboard est-il porteur ?
Oui. Le pouvoir d'achat des pratiquants est réel. Ils dépensent plus parce que le matériel évolue réellement mais aussi parce qu'ils investissent dans tout ce qui est textile car cela fait partie à part entière de la panoplie du snowboarder. Il y a donc à la fois un aspect technique et un aspect mode.
L'antagonisme entre snowboarders et skieurs est-il révolu ?
Oui. La hache de guerre est maintenant enterrée. La preuve : les snowparks sont également ouverts aux skieurs. Plus largement, le snowboard a contribué au renouveau du ski. Dans les magasins de location, des personnes de quarante ans testent par exemple des skis twin tip qui sont inspirés du snowboard.
Le Mondial du Snowboard est l'occasion de se retrouver en situation...
Effectivement, les clients pourront venir tester sur le glacier des 2 Alpes le matériel qu'ils retrouveront tout au long de la saison en magasins. Ce n'est pas négligeable car cela leur permettra de faire le bon choix d'autant qu'il s'agit d'accessoires assez onéreux. Cependant, ils ne seront pas obligés d'acheter. Plus de quarante marques seront présentes, les grandes mais aussi des petites. C'est d'ailleurs ce qui fait la réussite de cet événement.
Swatch
Yoz extrem: London Ride (2)
12/01/2008 À 08:45
Swatch
Yoz extrem: London Ride (3)
12/01/2008 À 08:22