Mahiedine Mekhissi : "Je ne savais pas trop comment ça allait courir"

Mekhissi : "Je ne savais pas trop comment ça allait courir"
Par AFP

Le 03/03/2013 à 21:55Mis à jour Le 03/03/2013 à 22:13

Spécialiste du 3000 m steeple, Mahiedine Mekhissi était "très tendu" avant son 1500 victorieux à Göteborg. "Je partais dans l'inconnu", explique le nouveau cchampion d'Europe en salle.

Mahiédine Mekhissi (champion d'Europe du 1500 m): "J'étais très tendu avant la course, parce que je partais dans l'inconnu. Je ne connaissais pas trop mes adversaires, hormis leurs points forts et leurs points faibles, mais je ne savais pas trop comment ça allait courir. J'espérais que le Turc parte vite et c'est ce qui s'est passé. Je me suis accroché derrière lui. J'ai tout donné, avec mon coeur. J'ai pensé à ma famille, mes proches, l'équipe de France. Je voulais prouver que je suis un coureur complet de demi-fond, je veux qu'on me reconnaisse comme tel et pas seulement comme un spécialiste du 3000 m steeple. Je n'ai rien lâché. Dans la dernière ligne droite j'ai pensé à ma famille, à tous mes sacrifices. Je fais du 1500 m pour m'amuser, et pour préparer l'été parce qu'on ne fait pas grand chose sans préparation. Pour le 3000 m steeple cet été, j'ai pu travailler les fins de courses et l'aspect +renard+, la tactique. Maintenant je vais bien me reposer, couper une à deux semaines et puis après on définira mon programme pour l'été."

Kevin Mayer (vice-champion d'Europe de l'heptathlon): "J'ai montré que j'étais un compétiteur et que je pouvais faire des médailles même sans expérience. Je ne compte pas m'arrêter là. Sur le 1000 m, il me manquait 9 secondes, et je tiens à dire un grand merci à Jérémy Lelièvre, je ne pouvais pas espéerer mieux. Je n'étais vraiment pas bien il y a un mois et même à Aubière, j'avais arrêté pendant deux mois durant l'hiver pour des problèmes de dos, je n'étais pas sûr alors de venir ici. Je n'ai pas du tout fait d'athlé de tout le mois de janvier. Donc c'est vraiment bien pour un état de forme pas exceptionnel. Après Helsinki et les JO l'an dernier, ça m'a suffit comme déception. C'est l'expérience qui est rentrée, ce n'est pas du tout pareil en seniors. J'ai retrouvé le bonheur, je suis un décathlonien, il y a beaucoup de travail à réaliser mais j'ai une bonne marge de progression, il me faudra de la patience et du plaisir."

Myriam Soumaré (médaille de bronze sur le 60 m): "Je fais un super chrono en demi-finale, j'ai pensé à mon plaisir personnel. On est là pour préparer l'été, j'ai progressé techniquement. Je peux être très satisfaite de ce que j'ai fait".

0
0