AFP

Dopage russe : Le bras droit de Coe impliqué à son tour

Dopage russe : Le bras droit de Coe impliqué à son tour

Le 21/12/2015 à 19:42

SCANDALE ATHLETISME - L'adjoint de Sebastian Coe à la tête de l'athlétisme mondial est mis en cause par Le Monde dans le scandale de dopage dans l'athlétisme russe. Le quotidien publie un mail dans lequel Nick Davies, directeur du cabinet du nouveau président de l'IAAF, évoque dès 2013 les cas de plusieurs athlètes russes dopés.

Le ver serait toujours dans le fruit. Après les révélations concernant Lamine Diack, ancien président de l'IAAF poursuivi pour avoir couvert les cas de dopage contre un pot-de-vin russe, c'est cette fois un membre toujours en place à la fédération internationale d'athlétisme qui serait visé. Le Monde publie ce lundi un mail de Nick Davies, directeur du cabinet de Sebastian Coe, dans lequel il évoque en 2013 le cas de plusieurs athlètes russes dopés.

Le message aurait eu pour but de mettre en place une stratégie de communication autour de ces athlètes et des possibles révélations par la presse de ce scandale: "J’ai besoin de m’asseoir pour parler avec le département antidopage et comprendre exactement quels sont les 'cadavres' russes que nous avons toujours dans le placard, en ce qui concerne le dopage", écrit-il.

Ce mail était adressé au fils de Lamine Diack, qui était à l'époque consultant en marketing pour la fédération internationale. Davies, alors porte-parole de l'IAAF, aurait envoyé un message dont il dit dès les premières lignes qu'il doit "rester très secret". L'intention était clairement d'étouffer l'impact potentiel d'une affaire de dopage alors que les Mondiaux se déroulaient en Russie une dizaine de jours après l'envoi de ce message : "Si les coupables ne participent pas à la compétition, alors nous pourrions bien attendre que les championnats se terminent pour annoncer les cas. Ou nous en annonçons un ou deux MAIS EN MEME TEMPS que des athlètes d’autres pays." Davies craignait en particulier le traitement des médias britanniques, d'où viennent "les pires articles" selon lui.

Sebastian Coe, président de l'IAAF

Sebastian Coe, président de l'IAAFImago

Sebastian Coe impliqué personnellement ?

Le Monde affirme à travers ces mails que Nick Davies aurait songé à faire intervenir Chime Sports Marketing (CSM), agence de marketing sportif dirigée par un certain Sebastian Coe pour gérer cette affaire et profiter de l'aura de Coe pour qu'elle ne prenne pas d'ampleur. "Nous pouvons aussi profiter de l’influence politique de Seb au Royaume-Uni. C’est dans son intérêt personnel de s’assurer que les championnats du monde de Moscou soient un succès et que les gens ne pensent pas que les médias de son propre pays ne sont pas en train de chercher à les détruire." Contacté par le journal français, Davies se défend du moindre accord passé avec CSM qui pourrait faire trembler Sebastian Coe : "Je n’ai pas abordé ces idées avec CSM et il n’y a jamais eu aucun d’accord entre l’IAAF et CSM pour mettre sur pied une campagne de relations publiques. CSM n’a jamais travaillé pour l’IAAF en quelque capacité que ce soit depuis que Sebastian Coe en est membre."

Sebastian Coe a déjà assuré ne jamais avoir entendu parler de "rumeurs" de corruption à l'IAAF. Le président de la fédération internationale d'athlétisme vit un début de mandat tourmenté depuis août 2015 entre les affaires de corruption et sa démission du rôle d'ambassadeur pour Nike après que les Mondiaux 2021 aient été attribués à Eugene (Etats-Unis), ville de la marque à la virgule. Et les dominos n'ont peut-être pas fini de tomber.

0
0