Panoramic

Eurobasket 2015 : Parker est humain et c’est ce qui en fait un immense champion

Parker est humain et c’est ce qui en fait un immense champion

Le 19/09/2015 à 21:29Mis à jour Le 20/09/2015 à 09:53

EUROBASKET – Tony Parker a montré durant cet Euro qu’il avait finalement quelques failles. Et ça le rend plus humain mais aussi plus attachant, notamment par sa manière de réagir et d’en parler.

Tony Parker n’a jamais fini de nous surprendre. Cet Euro en est la nouvelle preuve. On pensait tout connaître de ce champion d’exception dans le paysage du sport français. Il n’en était rien. Il nous a encore dévoilé une autre facette de sa personnalité. Un personnage finalement humain et attachant.

Tony Parker, c’est une vraie star. Un sportif qui a toujours su trouver les moyens pour arriver à son but, d’aller toujours plus haut. De l’INSEP à la NBA, il a tout réussi. Et quand on dit tout, c’est vraiment tout. Qui pensait un jour voir un Français décrocher quatre titres de champion NBA dans un rôle majeur, devenir MVP des finales NBA 2007, se faire sélectionner six fois au All Star Game, amener la France aux Jeux Olympiques et à un titre européen en 2013 ? Personne. Avant que Parker n’arrive. Car lui a su pousser les limites.

Nicolas Batum et Tony Parker (France) - Euro 2015

Nicolas Batum et Tony Parker (France) - Euro 2015AFP

A l'Euro 2011 et lors de cet Euro, il s'est montré

Tout au long de ces années, TP a toujours tout géré de manière presque parfaite. Humainement et malgré ses nombreuses opérations de communication ou son professionnalisme à toute épreuve qui le poussent à enchaîner les interviews, il y avait pourtant toujours cette distance qui existe avec presque tous ces champions hors-normes. Comme si, notre TP national était un peu trop… américain. Ce n’est pas une critique. C’est juste une manière différente de montrer ses émotions. De vouloir tout contrôler.

Deux fois, Tony Parker m’a surpris. En montrant un autre visage derrière son armure. En 2011 après les demi-finales de l’Euro quand la France a enfin décroché son Graal olympique, TP s’est lâché comme rarement. Heureux comme un enfant, il a fini dans les tribunes avec ses supporters. Son visage en conférence de presse en disant long sur son bonheur. Et jeudi, c’est encore son visage qui m’a marqué. Quand il est sorti du parquet hagard, sonné, presque KO.

Le lendemain, il a comme toujours assumé en venant s’expliquer devant la presse. Il a avoué s’être sûrement mis trop de pression et se poser de nombreuses questions. Lui, ce champion hors norme ? Oui, car son amour du maillot bleu dépasse ce que beaucoup peuvent imaginer. Ces deux scènes à l’Euro 2011 et cet été le démontrent. Alors oui, il a manqué son Euro. Mais cette compétition a montré une autre facette de sa personnalité. Plus humaine. Et peut-être plus attachante aussi.

0
0