Panoramic

D'A Travers la Flandre au Ronde, la Belgique se préparait à dix jours de fête, aujourd'hui menacés

La Belgique se préparait à dix jours d'une fête aujourd'hui dérisoire et menacée

Le 22/03/2016 à 19:22

Conséquence collatérale des attentats qui ont touché Bruxelles mardi matin, les prochaines courses prévues en Belgique ces dix prochains jours se retrouvent menacées. A Travers la Flandre, mercredi, reste pour l'heure maintenue. Et dans dix jours se profile le Tour des Flandres.

En Belgique, le cyclisme est plus qu'un sport. C'est un pan de la culture. Le printemps qui s'annonce, c’est aussi la promesse d'une période chérie des amoureux du vélo outre-Quiévrain. Les dix journées à venir, du 23 mars au 3 avril, constituent le temps fort de l'année pour le cyclisme belge avec, en point d'orgue, le Tour des Flandres, en clôture de cette décade bénie.

Les attentats qui ont durement frappé le Royaume mardi jettent un voile noir sur ce passionnel mariage annuel entre la Belgique et la Petite reine et rendent ces événements bien évidemment très dérisoires. Mais ils sont là, ils arrivent et la Belgique va devoir décider ce qu'elle peut et doit en faire, et ce dans un délai très restreint. C'est la semi-classique A Travers la Flandres qui doit donc en théorie ouvrir le bal dès mercredi, à Waregem.

Vu le contexte, la course se retrouve de fait menacée. Sa suppression avait même dans un premier temps été annoncée mais, après une réunion entre les organisateurs et les services de police, il a pour l'heure été décidé de la maintenir, en tout cas jusqu'à nouvel ordre. "Aucune interdiction ne nous a en effet été adressée jusqu'à présent. La cérémonie protocolaire sera cependant logiquement plus sobre que prévue, et il y aura une minute de silence avant le départ. Aucun avis négatif n'a été exprimé par la police. Mais on tiendra évidemment compte d'une éventuelle demande d'annulation des autorités", a confié Guy Delesie, le directeur de la course.

Pas de décision hâtive

"Pour le moment, A Travers la Flandre aura bien lieu demain malgré l'attaque terroriste qui a eu lieu à Bruxelles mardi matin, explique le communiqué officiel publié mardi midi. Les organisateurs pleurent les victimes de cet acte terrible. Plus d'informations viendront en temps voulu." L'idée était surtout de ne pas prendre de décision définitive de façon trop hâtive. Un maintien confirmé à 19 heures mardi.

Dans la foulée des deux attentats à Bruxelles mardi matin, le gouvernement belge a fait passer le niveau de sécurité au stade 4 ce qui, théoriquement, entraîne l'annulation de tout événement en public. C'est en s'appuyant sur ce principe que plusieurs médias et l'AFP avaient annoncé la suppression de la course. "Le plus haut niveau de menace signifie automatiquement que la course n'aura pas lieu, a par ailleurs expliqué Guy Delesie, sur la site néerlandais NOS.nl. Mais nous ne savons pas si le niveau 4 sera encore effectif demain (NDLR, mercredi)."

On devrait savoir d'ici mardi soir si la course est définitivement maintenue. De façon très basique, même si elle avait bien lieu, certaines équipes pourraient se retrouver privées de certains coureurs qui ne pourront se rendre à temps en Belgique. Tous les vols et tous les trains ont été annulés et Guy Delesie a confié que "certaines équipes pourraient ne présenter que trois ou quatre coureurs".

Le départ du Tour des Flandres à Bruges

Le départ du Tour des Flandres à BrugesPanoramic

Un énorme challenge en termes de sécurité

Mais au-delà d'A Travers la Flandre, les jours de course vont s'enchainer en Belgique. Vendredi, le Grand Prix E3. Dimanche, Gand-Wevelgem. De mardi à jeudi prochain, les Trois Jours de la Panne. Et, bien sûr, le Tour des Flandres, le "Ronde van Vlaanderen", le dimanche 3 avril.

De par sa nature, la course cycliste constitue un challenge particulier en termes de sécurité. Il est impossible de contrôler, de surveiller et de garantir la sécurité des spectateurs présents sur le bord des routes. Sur les quelques 260 kilomètres du Tour des Flandres, le plus grand événement sportif de l'année en Belgique, plusieurs centaines de milliers de spectateurs sont présents sur les routes. Le départ, à Bruges, génère ainsi une foule compacte et colossale sur la Grand-Place.

Les autorités, confrontées à un drame national et à une attaque terroriste sans précédent sur leur sol, devront s'adapter. L'amour des Belges pour le cyclisme devra sans doute s'accommoder, a minima, de certains aménagements et contraintes.

0
0