bernaudeau team europcar - AFP
 
Article
commentaires
Cyclisme

"Ni des scientifiques, ni Lance Armstrong"

"Ni des scientifiques, ni Lance Armstrong"

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 22/12/2011 à 16:27 -
Par Eurosport - Le 22/12/2011 à 16:27
N'allez pas demander à Jean-René Bernaudeau ses objectifs pour le Team Europcar en 2012. Le manager qui dit "vouloir faire encore mieux", affirme accorder de l'importance à "toutes les courses." Avant de finalement citer la Vuelta ou les classiques, courses auxquelles il n'est pas sûr de participer.
 

"Toujours faire mieux." La volonté de Jean-René Bernaudeau, qui se définit volontiers comme un éternel insatisfait est claire. "Au printemps 2011, nous devions faire mieux qu'à la même époque en 2010, aujourd'hui, notre objectif est toujours le même." Entre l'épopée en jaune de Thomas Voeckler, et le maillot blanc de Pierre Rolland, vainqueur à l'Alpes d'Huez d'une superbe étape du Tour, les cyclistes de l'équipe vendéenne ont brillé cette année.

Le Team déjà refusé au Tour d'Oman

Les bons résultats de cette saison 2011 n'ont pourtant pas suffi à permettre au Team Europcar d'obtenir une licence Pro Tour de la part de l'UCI. "C'est la règle, concède juste le manager ne voulant pas se montrer déçu. On le savait. On s'y était préparé." Que faire désormais ? "Nous n'avons plus qu'à attendre les réponses des demandes d'invitation que nous avons formulé." A ce sujet, Jean-René Bernaudeau n'est pas le plus serein : "C'est difficile d'obtenir les invitations même si nous avons le niveau Pro Tour. Nous avons déjà été refusés au tour d'Oman... C'est une déception car nous avions besoin de faire cette course."

Pourrait-il obtenir les mêmes réponses de rendez-vous encore plus importants, à l'image de Paris-Nice, du Dauphiné Libéré, ou même du Tour de France ? "Nous espérons que non", répond-il seulement. Souhaitant le maximum de réponses positives, le manager vendéen ne veut pas fixer des objectifs pour la saison à venir. "Je souhaite juste que les coureurs donnent le meilleur d'eux même à chaque course. Je veux qu'ils continuent à travailler et qu'ils restent humbles. Nous ne sommes ni des scientifiques, ni Lance Armstrong nous..."

"Le Tour de Vendée me tient à coeur..."

Dans l'incertitude sur son programme, Jean-René Bernaudeau indique simplement les points importants de la saison. "Les flandriennes et les ardennaises pourront en être un. Elles plaisent beaucoup à Thomas Voeckler, Pierre Rolland, ou Christophe Kern qui a déjà gagné Liège-Bastonne-Liège espoirs en 2002." Le manager pense ensuite aux grands Tours. Il explique n'avoir pas postulé pour le Giro, mais pour le Tour d'Espagne. "Nous allons essayer de faire une grosse Vuelta. Thomas Voeckler donne beaucoup d'importance à cette course, comme à Tirreno Adriatico d'ailleurs." Le Tour de France devrait bien sûr être le point majeur de la saison d'Europcar.

Mais Jean-René Bernaudeau insiste : "Ce qui m'importe, c'est le rendement général des coureurs sur l'ensemble de la saison. Toutes les courses sont importantes. Cela me fait par exemple plaisir d'aller en Belgique, mais je ne fixe pas d'objectif." Et de conclure : "Si vous voulez parler d'une course, je citerais simplement le Tour de Vendée qui me tient à coeur." Pas la peine de lui demander où se fera la reprise, l'incertitude pèse là aussi. "Pour l'instant, c'est sur le Grand Prix La Marseillaise", conclut-il.