2012 NFL Super Bowl New York Giants Eli Manning - AFP
 
Article
commentaires
Football US > NFL

Les Giants ont remis ça !

Les Giants ont remis ça !

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 06/02/2012 à 08:45 -
Par Eurosport - Le 06/02/2012 à 08:45
Comme en 2008, les Giants ont vaincu New England pour s'offrir le SuperBowl. Et comme il y a quatre ans, tout s'est joué dans la dernière minute, où le match a basculé du côté new yorkais (21-17). C'est le quatrième titre des Giants, le deuxième pour Eli Manning, logiquement désigné MVP.

NEW YORK GIANTS - NEW ENGLAND PATRIOTS: 21-17 (9-0, 0-10, 6-7, 6-0)

PREMIER QUARTS-TEMPS: LES GIANTS PIED AU PLANCHER

Voilà près de trente ans que le score n'avait pas été ouvert sur un safety au Super Bowl. Cela valait une grosse cote à Las Vegas (50 contre 1). Sous pression dès sa première action du match, Tom Brady est contraint de délivrer une passe juste avant d'être sacké dans son en-but. Conséquence, pénalité et safety. Menés 2-0, les Patriots vont dans la foulée boire la tasse sur le drive des Giants. Une grosse course d'Ahmad Bradshaw (24 yards) sert de détonateur et Eli Manning fait le reste. Il trouve son receveur Victor Cruz pour deux yards et, après un peu moins de douze minutes de jeu, New York mène 9-0. A l'issue de ce deuxième drive offensif des Giants, les chiffres font mal pour New England: 108 yards pour NY, 0 pour les Pats. Temps de possession: 11'28" contre huit secondes. Manning, lui, est parfait: 9/9 à la passe.

______________________________________________________________________________________

DEUXIEME QUART-TEMPS : NEW ENGLAND VIRE EN TETE

Plus de temps à perdre pour New England. Le plus lourd déficit comblé par un vainqueur du Super Bowl dans l'histoire est de dix points. Déjà dos au mur, les Pats se réveillent. Brady complète ses quatre premières passes, vers quatre receveurs différents. New England arrive à 11 yards de la ligne adverse, mais la défense new yorkaise tient le choc et ne concède finalement qu'un field goal (9-3 à 13'48" de la mi-temps). La suite de ce deuxième quart-temps est marqué par la domination des deux escouades défensives. Les trois drives suivants deux pour New York, un pour New England), s'achèvent sur un punt. Jusqu'au tout dernier drive de cette première mi-temps. Un drive de quasiment quatre minutes et surtout 96 yards. Le plus long drive de l'histoire du Super Bowl. Tom Brady sort le (très) grand jeu, complétant dix passes sur dix, la dernière offrant le touchdown à Danny Woodhead et un premier avantage au score (10-9) aux Patriots au moment opportun, juste avant la pause.

______________________________________________________________________________________

TROISIEME QUART-TEMPS: DANS UN MOUCHOIR

La première possession est à l'avantage de New England dans ce troisième acte. Et il va se conclure de la même façon que le précédent: par un touchdown. Brady poursuit son festival avec un nouveau sans faute: cinq sur cinq. Cette fois, c'est son tight end Aaron Hernandez qui est à la conclusion pour 12 yards. Mais de drive, on retiendra aussi l'efficacité du jeu au sol (25 yards en trois courses). Les Patriots mènent alors 17-9 et il est temps pour les Giants de stopper l'hémorragie. Ils vont y parvenir sur leurs deux drives suivants. Malheureusement pour eux, à chaque fois, une fois dans la zone rouge, ils vont caler et se contenter de deux field goals de Lawrence Tynes. Résultat, à l'aube des quinze dernières minutes, deux petits points (17-15, New England) et six minuscules yards (265-259 New England) séparent les deux équipes. Tout reste à faire.

______________________________________________________________________________________

QUATRIEME QUART-TEMPS: MANNING SORT LE GRAND JEU

Il aura fallu attendre la première minute de la dernière période pour assister à la première perte de balle de ce Super Bowl. Elle est à mettre au passif de Tom Brady. Cherchant le "big play", le quarterback des Pats est intercepté par Chase Blackburn. Les Giants ont alors l'occasion de reprendre la tête mais, en dépit d'un drive de cinq minutes et 50 yards, ils calent et doivent punter. Derrière, même scenario du côté de New England. Lorsque new York récupère la balle sur ses propres huit yards, il reste 3'46" à jouer. C'est LE drive pour Eli Manning. Dès le premier jeu, il délivre LA passe du match: 38 yards pour Mario Manningham, auteur d'une réception somptueuse.

New York se retrouve au milieu du terrain puis rapidement, après deux nouvelles connexions Manning-Manningham, en position de taper un field goal. Suffisant pour prendre la tête. Survient alors le touchdown le plus surréaliste de l'histoire du Super Bowl. Un touchdown que la défense des Patriots voulait encaisser, pour préserver du temps, et que l'attaque des Giants ne souhaitait pas marquer, pour ne pas en gaspiller. Ahmad Bradshwa tente, en vain, de s'arrêter juste avant la ligne avant de tomber à la renverse dans l'en-but (voir photo ci-dessous). New York mène alors 21-17 à 57 secondes de la fin. Brady tente un dernier drive miracle mais, avec peu de temps, un seul temps mort et 80 yards à remonter, c'est mission impossible, même pour lui. Il a pourtant l'occasion de tenter une passe ave maria… incomplète. Un final à couper le souffle pour un Super Bowl à couper le souffle. Comme il y a quatre ans. Avec une issue identique. Pour le bonheur des Giants et le malheur des Pats.

AFP

______________________________________________________________________________________

LE MVP: ELI MANNING

Il est décidément la bête noire de Tom Brady et des Patriots. Eli Manning a bien grandi depuis le Super Bowl 2008. Il est temps d'arrêter de le considérer comme le petit frère de Peyton, sur les terres duquel il a été sacré dimanche, à Indianapolis. Désormais, il totalise deux fois plus de titres de champion que son grand frère. Il a été immense face aux Pats, complétant 75% de ses passes (30 sur 40), pour 296 yards et 103.8 de rating. Après sa prestation dans ces playoffs et particulièrement dans ce Super Bowl, le numéro un de la draft 2004 change encore de dimension, incontestablement.