Getty Images

Sur fond de lutte de pouvoir en interne, la quête d'un nouvel entraîneur se précise au Bayern Munich

Sur fond de lutte de pouvoir, la quête d'un nouvel entraîneur se précise au Bayern

Le 04/10/2017 à 14:16Mis à jour Le 04/10/2017 à 14:33

BUNDESLIGA - A la recherche d'un entraîneur pour succéder à Carlo Ancelotti, le Bayern Munich doit faire face à une querelle interne entre ses deux hauts dirigeants Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge.

Unis contre le PSG, qu'ils critiquent et dénigrent dès qu'ils en ont l'occasion, les dirigeants du Bayern Munich ne sont pas sur la même longueur d'onde lorsqu'il s'agit de leur tambouille interne. C'est en tout cas le tableau dressé ce mercredi par l'Equipe et Sport Bild, qui évoque en Une la "lutte de pouvoir" entre Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge, respectivement président du conseil de surveillance et président du conseil d'administration du club bavarois.

Hoeness-Rummenigge, la lutte de pouvoir

Anciens coéquipiers au Bayern, les deux hommes multiplient les désaccords depuis plusieurs années, notamment à l'heure de nommer leurs entraîneurs. En 2008, Uli Hoeness aurait ainsi reproché à son homologue la nomination de Jürgen Klinsmann, licencié quelques mois plus tard, en remplacement d'Ottmar Hitzfeld.

Plus récemment, Hoeness aurait été déçu par l'incapacité de "KHR" à convaincre Pep Guardiola de rester en Bavière et d'avoir choisi, durant son séjour en prison pour fraude fiscale, de remplacer le Catalan par Carlo Ancelotti. Les relations entre les deux hommes se seraient d'ailleurs fortement dégradées depuis le retour aux affaires d'Hoeness en novembre dernier, quelques mois après sa sortie de prison.

Guardiola connaît l'identité du futur entraîneur du Bayern

Pour en revenir à l'actualité, un journaliste de Sky Allemagne a justement aperçu mardi Pep Guardiola en compagnie d'Uli Hoeness devant un restaurant italien de Munich. Mais que les supporters de Manchester City se rassurent, le Catalan ne va pas effectuer de come-back en Bavière.

De passage à Munich pour l'Oktoberfest, Guardiola aurait simplement profité de l'occasion pour parler de la pluie et du beau temps avec son ancien dirigeant. Et aussi un peu de football. "Je lui ai dit qui nous allions nommer dans les prochains jours. Il était satisfait", a ainsi glissé Hoeness au média allemand Abendzeitung. Si on ne connaît pas encore l'identité de l'heureux élu, la presse allemande mise sur Thomas Tuchel, libre depuis son départ de Borussia Dortmund. Ce dernier est respecté par Pep Guardiola et serait l'option privilégiée par... Karl-Heinz Rummenigge. Uli Hoeness aurait lui un faible pour Julian Nagelsmann, le prometteur entraîneur d'Hoffenheim âgé de 30 ans, mais sous contrat jusqu'en 2021.

Thomas Tuchel et Ousmane Dembélé avec Dortmund

Thomas Tuchel et Ousmane Dembélé avec DortmundGetty Images

Pour la presse allemande, ces divergences entre les deux hauts dirigeants bavarois expliquent en tout cas pourquoi, une semaine après le licenciement de Carlo Ancelotti, Willy Sagnol est toujours à la tête de l'équipe première. Un intérim qui semble toutefois toucher à sa fin au vu de la confidence d'Hoeness, même si ces dernières heures, d'autres noms ont été associés au club bavarois : de Louis Van Gaal à Lucien Favre, en passant par Luis Enrique.

0
0