Rodriguez : "Le Vélodrome propice aux exploits"

Rodriguez : "Le Vélodrome propice aux exploits"
Par Eurosport

Le 15/04/2009 à 07:00Mis à jour

Revigorés par leur large victoire contre Grenoble (4-1), les Marseillais attendent le Shakhtar Donetsk avec la ferme intention de jouer leur chance à fond, après leur défaite 2 à 0 à l'aller. S'il ne pourra pas jouer en raison d'une entorse à la cheville, Julien Rodriguez y croit très fort.

JULIEN RODRIGUEZ, comment jugez-vous la victoire de l'OM face à Grenoble (4-1) ?

J.R : On a eu du mal à entrer dans le match. A l'échauffement, on n'était pas bien, on n'avait pas de jambes. Mais on s'est dit qu'il fallait passer au-dessus de tout ça. On a donc essayé de donner le maximum avec plus ou moins de réussite. On est arrivé à 0-0 à la mi-temps sans trop concéder d'occasions, seulement sur coups de pied arrêtés ou sur des frappes de loin. On a bien défendu dans l'ensemble mais on aurait souhaité que ce soit plus facile en première période. On s'en sort bien au bout du compte. C'est l'essentiel. En seconde période, on s'est libéré. Le coaching a été bon et on a pu faire la différence.

Pourquoi Marseille a-t-il montré un visage aussi différent après la pause ?

J.R : On savait que ça allait être dur. Mais à partir du moment où l'on a ouvert le score, on a joué plus libéré. On a fait logiquement la différence et on a réussi à enchaîner les buts. C'est bien pour l'avenir. Il y a trois semaines, on aurait peut-être fait match nul en se faisant égaliser dans les dix dernières minutes.

Le but grenoblois encaissé en fin de rencontre aurait-il pu être évité ?

J.R : Certainement. Nous avons un moment de relâchement. On aurait dû être plus compact et concentré sur ce but.

Trois buts ont été inscrits par les défenseurs marseillais. Est-ce la preuve que tout le monde peut marquer à l'OM ?

J.R : Ça fait plaisir. Surtout pour Vito (Hilton). Il se faisait chambrer par Karim (Ziani) qui lui répétait qu'il n'avait jamais marqué avec l'OM. Je suis content pour lui mais on préfère toujours que ce soit les attaquants qui marquent pour être bien placé au classement des buteurs. Les buts de Taiwo sont en tout cas très beaux. Le penalty et le coup franc ont été très bien tirés. Et Brandao qui marque à la fin, c'est très bien aussi. Il est récompensé de tous les efforts qu'il a faits dans le match. C'est plaisant de jouer comme ça et de gagner largement la fin.

Cette victoire vous place-t-elle dans la peau d'un favori pour le titre ?

J.R : Je ne sais pas. Mais une chose est sûre : le sprint final est lancé. A nous de faire le moins d'erreurs possible. On a un calendrier très difficile mais on y croit. On joue donc le titre. Si on a des contre-performances lors des prochains matches, ça va être difficile.

Pensez-vous que tout va se jouer lors de la réception de Lyon ?

J.R : Peut-être que l'on sera devant, peut-être on sera derrière. A chaque match, il faut prendre le plus de points possible. On va jouer à Lorient puis à Lille. Ce sera pour gagner. On verra ce que ça donne. Si on peut recevoir Lyon avec quatre points d'avance, ce serait bien. De toute façon, toutes les équipes de tête ne lâchent plus rien maintenant. Face à Nancy (1-0), Bordeaux a gagné dans les arrêts de jeu. On s'en serait contenté contre Grenoble. On a gagné plus aisément, tant mieux. Mais on sait que tout au long de la fin de saison, il va falloir s'accrocher à chaque match. On ne joue pas pour la gloire mais pour prendre des points à chaque fois.

Personnellement, comment avez-vous vécu votre retour au sein de la défense ?

J.R : Ça fait plaisir de jouer. Cette année, ce n'est pas évident pour moi. Je me suis souvent blessé. Je manque donc de rythme quand je dois rentrer sur le terrain. Je fais ce que je peux sur le terrain. On me donne le brassard. J'essaye de parler à tout le monde et d'aider mes partenaires avec plus ou moins de réussite. On est un groupe de vingt joueurs. Chacun aura sa chance. Aujourd'hui, ça a réussi. Mais les performances individuelles, on s'en fout un peu.

Le succès face à Grenoble était-il indispensable avant le match retour de Coupe UEFA face au Shakhtar jeudi ?

J.R : La Coupe d'Europe, c'est une autre compétition. Au match aller, on a souffert mais on aurait pu marquer un ou deux buts. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. Essayons de nous rattraper à domicile. Je pense que l'on est capable de mettre plusieurs buts à cette équipe. On sait qu'ils sont valeureux offensivement. Il faudra faire attention et essayer de contrecarrer leur attaque.

Avez-vous été surpris par le niveau de cette équipe ukrainienne ?

J.R : Non, on les avait beaucoup étudiés à la vidéo. C'est une belle équipe mais on aurait pu marquer là-bas. Si on avait perdu 3-1 ou 3-2, ça aurait été différent. Maintenant, on n'est pas arrivé à marquer ce but si important à l'extérieur. Ce sera à nous de faire le nécessaire à domicile et de bien verrouiller derrière. Il faut tout donner sur coups de pieds arrêtés et sur toutes nos actions devant le but pour faire la différence.

Quelle tactique de jeu adopter face à une formation très rapide devant ?

J.R : On va jouer notre jeu habituel, c'est-à-dire un pressing assez haut. C'est sûr que si on prend un but, ça va être délicat. On va donc jouer notre chance à fond sans faire n'importe quoi non plus. Et puis le match, c'est 90 minutes. Il ne faut donc pas partir à fond devant. Il faut garder des sécurités derrière. Ce n'est pas parce que l'on est huit devant que l'on va marquer des buts. On a quatre-cinq joueurs à vocation offensive. A eux de faire la différence tout en s'appuyant sur les milieux de terrain. Si on a la chance de marquer assez rapidement, ça peut vite changer la donne.

L'exploit est donc envisageable selon vous ?

J.R : On est donné perdant mais on a un match intéressant à jouer devant notre public. On va donner le meilleur de nous-mêmes et peut-être qu'il y a aura une belle surprise au bout.

La ferveur de vos supporters peut-elle vous permettre de vous surpasser ?

J.R : Contre Grenoble, les supporters ont répondu présent. Ils nous ont suivis tout au long du match. On sait qu'ils vont être derrière nous, qu'ils vont nous pousser. Le Vélodrome est un terrain propice aux exploits. Je pense que l'on est capable de le faire. Sinon, on ne commencerait même pas le match, on leur laisserait la qualification et on se concentrerait sur le championnat...

0
0