Football - Coupe du monde féminine

Fin du rêve américain

L'équipe de France féminine a chuté en demi-finale de la Coupe du monde contre les Etats-Unis, dont l'impact a fini par avoir raison des joueuses de Bruno Bini (3-1). Les Françaises ont laissé passer leur chance au coeur de la seconde période, à 1-1, où elles ont eu le match en main.

 
Fin du rêve américain - Football - Coupe du monde féminineAFP
 

L'équipe de France ne sera pas championne du monde 2011. Cela aurait été un exploit extraordinaire, même pour une équipe qui avait réalisé un parcours parfait en qualifications, mais les Bleues s'étaient donné le droit d'y croire, notamment avec un quart de finale exceptionnel d'intensité face à l'Angleterre, et la fin du parcours à une marche de la finale est une authentique douleur. La demi-finale face aux Américaines, numéro un mondiales, a été dans la droite ligne de ce premier crunch. Et c'est bien la dimension physique qui a perdu les joueuses de Bruno Bini, battues 3-1 sous la triste pluie de Mönchengladbach. Large sur le papier, le match a basculé au coeur de la seconde période. Revenue à 1-1 après un premier acte compliqué (but de Cheney 9e, égalisation de Bompastor à la 55e), l'équipe de France a eu son temps fort au retour de vestiaire, a fait vaciller les Nord-Américaines et leurs certitudes les mieux établies, mais ont fini par rompre dans le dernier quart d'heure. Wambach (79e) et Morgan (82e) ont profité d'erreurs défensives tricolores pour imposer la logique du classement FIFA, plutôt que celle de la feuille de stats : 25 tirs à 11 pour les Bleues, 8 contre 5 aux tirs cadrés.

Fin du rêve américain - Football - Coupe du monde féminine Durant les 70 premières minutes, les Américaines n'ont justement cadré qu'une seule frappe, mais elle a fait mouche. Les Françaises ont encaissé un but dès la 9e minute, quand O'Reilly effaçait Georges beaucoup trop facilement et centrait pour Cheney qui ne laissait aucune chance à Sapowicz. Mais la domination était alors américaine. Plus puissantes, plus collectives, plus habituées à pareil événement sans doute, les joueuses de Pia Sundhage ont donné l'impression, pendant une demi-heure, que les Bleues n'auraient qu'un droit d'expression réduit durant la rencontre. Mais à la demi-heure de jeu, trois frappes de Bussaglia (27e), Abily (28e) et Thiney ont inversé le rapport de force. Les Bleues touchaient même la barre du but de Hope Solo par Bompastor (33e). L'égalisation, logique, est venue à la 55e sur un centre vicieux de Bompastor qui dépassait d'un rien la tête de Thiney mais finissait au fond des filets de Solo.

Mais à force de pousser sans matérialiser, les Françaises se sont exposées à une véritable leçon de réalisme, celle, déjà que l'on avait craint pour elles en quart de finale. Le match a basculé sur les deux occasions américaines suivantes: une tête de Wambach sur corner (79e), où la gardienne Bérangère Sapowicz manquait sa sortie, et une frappe piquée de Morgan après une nouvelle approximation défensive bleue (83e). L'équipe de France, qualifiée pour les JO, jouera samedi pour monter sur la troisième marche du podium mondial. Au terme de ce tournoi qui fut un magnifique moment de vie, l'équipe de France a perdu contre l'Allemagne et les Etats-Unis, références du genre, et gagné contre les autres. Sa progression continue. Elle n'est pas encore au sommet de la planète football. Cela viendra peut-être. Quand elle aura la puissance et le réalisme des Etats-Unis.

 

 

Eurosport
 
#160;
 
 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus