Eurosport

Marseille – Rennes (2-5), l’antisèche : Et maintenant, un électrochoc pour l’OM ?

L'antisèche : Et maintenant, un électrochoc pour l’OM ?

Le 19/03/2016 à 00:41

LIGUE 1 - Marseille a complètement explosé au Vélodrome face à une séduisante équipe de Rennes (2-5) vendredi soir. L’OM, qui a totalement sombré, s'enfonce à la fois au classement et dans le jeu. Faut-il continuer avec Michel ? Trouver une solution en interne ? Marseille doit trouver un remède, et vite.

Le jeu : Rennes a été implacable, Marseille pathétique

Ce match a été complètement fou. Rennes l'a démarré pied au plancher, profitant des largesses de la défense marseillaise, restée aux vestiaires pendant qu’une partie des supporters étaient eux restés hors du stade. 0-3 en 14 minutes, la rencontre était déjà pliée au bout d’un quart d’heure de jeu.

Au fond du gouffre, les Phocéens ont repris espoir sur un exploit de Thauvin (20e), puis une boulette monstrueuse de Costil (50e). Malgré leurs maladresses, les hommes de Michel y ont presque cru, à l'envie. Mais leur laxisme défensif et leur attentisme sur les montées rennaises les ont empêchés de réussir l'improbable come-back. Gourcuff (59e) puis Sio (77e) rouvraient les plaies béantes de l'arrière-garde marseillaise. Et faisaient instantanément oublier les quelques rares fulgurances d'un OM toujours amorphe à la maison.

Le joueur : Yoann Gourcuff a éclipsé tout le reste

Tous les regards étaient braqués légitimement sur Abou Diaby, attendu sur le terrain avec le maillot de l’OM pour la première fois. On en aurait presque oublié l'autre grand éclopé du football français, Yoann Gourcuff. C'est lui qui a lancé les hostilités dès la troisième minute en reprenant de la tête un ballon qu'il avait à l'origine de l'action envoyé sur le montant. Toujours bien placé, il s'est retrouvé seul près d'une dizaine de fois sur son côté gauche quand Rennes passait la vitesse supérieure en contre.

Et quand Marseille a poussé pour revenir, il s'est chargé de calmer tout le monde d'une frappe au-delà des vingt mètres, sur laquelle Mandanda aurait peut-être pu faire mieux. Gourcuff n'a pas fait de bruit, il a été propre, et il a été décisif. Alors qu'Ousmane Dembélé (un but et une passe décisive tout de même) a brillé par son inconstance entre gestes de haut niveau et individualisme très mal venu, Gourcuff a livré un match de "planqué" (seulement 41 ballons touchés) mais où il a tout transformé en positif.

Ce qui aurait pu tout changer : L'ascenseur émotionnel de la 59e minute

59e minute, le centre de Brice Dja Djédjé semble toucher le bras de Sylvain Armand. Les Marseillais sont furieux et s'arrêtent de jouer. Le ralenti montre le ballon qui touche la hanche du défenseur rennais avant de taper sa main. Un changement se prépare alors : Yoann Gourcuff va céder sa place.

Mais pas avant l'action qui suit : un contre mené justement par le milieu offensif breton. Gourcuff repique et déclenche. Sa frappe rebondit juste sous le bras de Steve Mandanda. Rennes (re)fait le trou (2-4) et ne sera plus rattrapé. En trente secondes, le match aurait pu totalement virer dans l'irrationnel, mais Gourcuff a finalement fait respecter la logique de la rencontre.

La stat : 10

Cela faisait dix ans que Yoann Gourcuff n'avait pas marqué avec le Stade Rennais (contre Metz). Avec son doublé ce vendredi, Gourcuff a par ailleurs inscrit ses premiers buts en Ligue 1 depuis le 26 octobre 2014, alors qu’il évoluait encore avec Lyon. Et, là encore, c'était contre l'OM…

Le tweet qui donne le ton

La décla : Vincent Labrune

" Etre président de l'OM, je ne le souhaite pas à mon meilleur ennemi."

La question : Comment Marseille peut-il faire pour réagir ?

On ne voit pas comment l'OM pourrait plonger plus bas. Ce vendredi soir, avant les autres matches de la 31e journée Marseille ne compte plus que 6 points d’avance sur le premier relégable. Pour les places européennes, l'affaire semble définitivement entendue. La situation de l'Olympique de Marseille, tant sur le plan comptable que dans le jeu, est catastrophique. Contre Rennes, la défense phocéenne a frôlé le ridicule. Nkoulou couvre le départ de Sio qui entraîne le premier but. Toute la défense est aspirée par la feinte de Grosicki – pourtant vue et revue depuis plusieurs semaines côté rennais - sur le coup-franc du 2-0. Sur le dernier but de Sio, Rolando est à deux mètres de l'attaquant breton alors qu'il est en face à face en position de dernier défenseur dans la surface.

Pourtant, Michel continue d'avoir le soutien du staff et des joueurs. Après de (très) longues minutes passées dans le vestiaire après la rencontre, Lassana Diarra est le premier à avoir soutenu son entraîneur. Vincent Labrune a ensuite été on ne peut plus clair : "Avec Michel, de toute façon, on est parti ensemble, on finira ensemble."

Le président de l'OM l'a à plusieurs reprises répété, il n'a de toute façon pas les moyens de pouvoir faire venir un autre coach sur la Canebière. Et certainement pas d’ici la fin de cette saison. Jorge Sampaoli ou Rudi Garcia auraient pourtant fait des candidats idéaux mais il faudra attendre l’été. D'un revers de la main, Labrune a aussi balayé une éventuelle solution interne, comme Franck Passi. Michel reste donc à la tête de l'OM mais ne peut rester dans cette position. Et cela devra passer par le jeu. On lui souhaite bon courage.

Michel OM

Michel OMEurosport

0
0