AFP

Nice-OM - L'antisèche : Il ne manque plus rien à l'OM… sauf des points

L'antisèche : Il ne manque plus rien à l'OM… sauf des points

Le 15/02/2016 à 00:26

LIGUE 1 – L'OM progresse clairement dans le jeu. Mais, après sa défaite pleine d'espoir face à Paris (1-2), Marseille a partagé les points à Nice malgré une prestation aboutie (1-1). Il ne lui manque plus que du réalisme et des points pour grimper au classement. Notre antisèche.

Le jeu : Une vraie affiche

Des occasions à foison, du rythme, du jeu à une touche : ce Nice-Marseille fut un petit régal. Les Aiglons, dynamisés par un duo Koziello-Mendy toujours aussi à l'aise, sont restés fidèles à leurs principes de jeu. En l'absence de Ben Arfa, Puel avait décidé de placer Bodmer en soutien de Pléa et Germain. L'ancien Lillois n'est pas un dragster. Il garde, en revanche, un toucher de balle délicieux. L'OM a définitivement retrouvé du liant dans son animation offensive dans le sillage d'un Cabella intenable. S'ils ont accusé le coup quand Nice a mis le pied sur le ballon à l'heure de jeu, les Marseillais ont globalement eu la maîtrise des évènements.

Javier Manquillo (OM) face à Valere Germain (Nice)

Javier Manquillo (OM) face à Valere Germain (Nice)AFP

Les joueurs : Koziello était partout, Batshuayi a trop gâché

A 20 ans, Vincent Koziello a déjà des airs de patron. Ce dimanche, il a rendu fou le milieu marseillais par son activité, ses appels et sa vision du jeu. C'est lui qui a offert sur un plateau l'égalisation à Valère Germain. Un but qui récompense l'activité de l'avant-centre azuréen. Si sa responsabilité est clairement engagée sur l'ouverture du score d'Isla, Yoan Cardinale a multiplié les sauvetages pour maintenir Nice dans la partie. Sans ses réflexes, la partie aurait été pliée avant la pause.

Michy Batshuayi, lui, s'est créé quatre occasions franches mais n'en a pas concrétisé une seule. Sa maladresse plombe la soirée marseillaise. A ses côtés, Georges-Kevin Nkoudou tire la langue et crée moins de différences. Au milieu de terrain, Lassana Diarra n'a pas ménagé ses efforts. Comme souvent cette saison, il a tenu le milieu sur ses épaules et a donné le tempo de l'OM.

Ce qui aurait pu tout changer : Si Batshuayi n'avait pas buté sur le tibia de Cardinale

Au bout des interminables arrêts de jeu de la première période, Michy Batshuayi se présente seul face à Cardinale qui se jette dans ses pieds. Si l'avant-centre de l'OM pique sa balle, Marseille prend le large et met un sacré coup derrière les têtes niçoises juste avant la pause. Mais le tibia de Cardinale repousse la tentative du Belge et les Aiglons restent dans la rencontre.

Michy Batshuayi (OM) sur la pelouse de Nice

Michy Batshuayi (OM) sur la pelouse de NiceAFP

La stat : 0/15

Michy Batshuayi n'a converti aucun de ses 15 derniers tirs. En 2016, il n'a inscrit qu'un but, à Caen (1-3), et Marseille n'a marqué plus d'un but au cours d'un match qu'à une seule reprise en L1 depuis la 17e journée.

Le tweet qui en dit long sur la saison niçoise

La décla : Claude Puel (Nice)

" On s'accroche, on a des gros matches à faire, on va voir où on se situe à la mi-mars pour savoir si on joue quelque chose, mais il y a du monde dans le wagon."

La question : Quelle est la principale victime de ce match nul ?

Marseille, sans aucun doute. D'abord parce que ce point permet à Nice de récupérer sa troisième place mais surtout parce que c'est l'OM qui a eu les plus belles opportunités et qui végète en milieu de tableau (11e). Pourtant, il est clair que l'OM progresse. Face au PSG dimanche dernier (1-2) et à Nice (1-1), les hommes de Michel ont signé leurs deux prestations les plus abouties de 2016. Mais le verdict arithmétique est cruel et sans appel : Marseille piétine. Les réactions d'après match sont les mêmes que celles qui ont suivi la défaite face au PSG (1-2) ou le nul à Lyon (1-1). "On aurait mérité mieux", répète trop souvent Michel en 2016. Les Marseillais sortent frustrés des affiches face aux cadors depuis quelques semaines. Et ils ont de quoi.

Sans ce manque criant de réalisme, ils occuperaient un rang plus digne de leurs ambitions. Aujourd'hui, sept équipes les séparent encore du podium. Pourtant, Marseille mérite mieux au vu du contenu de ses matches. La réception de l'ASSE dimanche prochain sera primordiale. L'OM ne peut plus se permettre de gâcher face à des adversaires directs et doit commencer à récolter ce qu'il sème. Il ne lui reste plus que 12 journées pour atteindre son objectif. Le temps presse.

Remy Cabella (OM) face à Nice

Remy Cabella (OM) face à NiceAFP

0
0