Panoramic

Le PSG s'impose à Chelsea (1-2) et se qualifie pour les quarts de finale

Le PSG reste fidèle au poste

Mis à jourLe 09/03/2016 à 22:56

Publiéle 09/03/2016 à 22:36

Mis à jourLe 09/03/2016 à 22:56

Publiéle 09/03/2016 à 22:36

Article de Martin Mosnier

LIGUE DES CHAMPIONS - Pour la quatrième année de suite, le PSG jouera les quarts de finale. Mercredi en 8e retour, les Parisiens ont bonifié leur succès de l'aller en s'imposant à Londres sur le même score (1-2). Rabiot et Ibrahimovic ont marqué les deux buts d'une équipe parisienne qui, si elle n'a pas toujours été impériale, a globalement maitrisé les débats.

Cette fois, pas de prolongation, pas d'hésitation. Une légère poussée de fièvre jusqu'à l'heure de jeu certes, mais Zlatan Ibrahimovic a éteint Stamford Bridge d'un éclair. A la 66e minute, le Suédois, déjà passeur décisif sur l'ouverture du score de Rabiot (16e), a surgi pour dégager la route des quarts et dévorer Chelsea à lui tout seul ou presque (1-2). Paris est en quart de finale de la Ligue des champions pour la quatrième fois consécutive. Et il n'y a rien à redire. Le PSG n'a pas été flamboyant, a même laissé Chelsea prendre le contrôle du match entre ses deux buts. Mais les Blues n'avaient pas le niveau pour bousculer le PSG, haut perché sur ses certitudes et bien aidé par un insolent réalisme.

Comme l'an passé, les Blues ont fini par succomber et, cette fois, le bourreau s'appelle Zlatan Ibrahimovic. Pour la première fois de sa carrière, il a marqué à l'aller et au retour dans un match couperet de C1. Il est le héros de la double confrontation. C'est lui qui, d'un centre parfait dans le dos de la défense, a servi Rabiot sur un plateau pour l'ouverture du score (16e). C'est lui donc qui a évité à Paris une fin de match irrespirable à la réception d'un centre parfait de Di Maria (66e).

Trapp décisif

Ce but a tout changé alors que Chelsea se faisait de plus en plus menaçant et avait comblé son retard à l'allumage après un numéro de soliste magistral de Diego Costa face à Thiago Silva et une perte de balle bien embarrassante de Thiago Motta (1-1, 27e). La sortie sur blessure de l'avant-centre espagnol, poison venimeux dès le début du match (2e) et jusqu'à sa sortie du terrain à l'heure de jeu, a assez clairement fait basculer le rapport de force. Sans son point d'ancrage, la menace anglaise fut beaucoup plus facile à contenir.

Chelsea-PSG
Chelsea-PSG - AFP

Paris ne devra pas oublier de remercier Kevin Trapp. Parfois inquiétant en L1 ou à Madrid lors de la phase de poules, le portier allemand fut impeccable à Londres, comme à l'aller. Auteur de trois arrêts décisifs avant la pause devant Costa (2e, 45e) et Hazard (42e), il a surtout écoeuré Willian puis l'ailier belge sur une double parade décisive, 75 secondes avant le coup de poignard d'Ibrahimovic (65e). Ses parades rappellent que Paris a souffert durant une grosse heure de jeu. Il ne faudra surtout pas oublier que le milieu parisien, Matuidi et Thiago Motta en tête, a beaucoup couru dans le vide et perdu des ballons dangereux. Mais ce sont avant tout les deux victoires parisiennes qui resteront. Deux succès, même si tout ne fut pas parfait, pour une qualification indiscutable.

0 commentaire
Vous lisez :