AFP

Porto: Quand le président dîne avec l'arbitre...

Porto: Quand le président dîne avec l'arbitre...
Par Eurosport

Le 04/05/2011 à 14:12Mis à jour Le 04/05/2011 à 14:31

Selon Marca, le président du FC Porto Pinto Da Costa aurait dîné avec l'arbitre de la demi-finale aller face à Villarreal (5-1), la semaine dernière, après la rencontre. Une information démentie par le club portugais mais qui occasionne un certain trouble chez les Espagnols, à la veille du retour.

Le FC Porto a-t-il bénéficié d'un coup de pouce pour dominer Villarreal (5-1) la semaine dernière? C'est ce qu'insinue Marca dans son édition de mercredi en révélant que l'arbitre de la rencontre, le Néerlandais Bjorn Kuipers, aurait dîné en compagnie de plusieurs proches de Pinto Da Costa (Reinaldo Teles, son bras droit et António Garrido, ancien arbitre que l'on dit proche du club) et même du président en personne un peu plus tard, après la demi-finale aller de Ligue Europa. Un dîner qui se serait déroulé dans la ville de Matosinhos, à dix kilomètres de Porto, dans un restaurant de fruits de mer, croit même savoir le quotidien espagnol.

La pratique est évidemment interdite par l'UEFA qui ne cautionne pas que la délégation des arbitres approche, pendant la durée de son séjour, des représentants des clubs. Pinto Da Costa a démenti. "Ce n'est pas la vérité. Et si ce n’est pas la vérité c’est donc un mensonge", a dit le président du FCP avant qu'un communiqué officiel du club ne prenne le relais. "Le FC Porto dément fermement qu'un de ses dirigeants ou salariés ait dîné avec l'arbitre Bjorn Kuipers après le match face à Villarreal. Comme c'est le cas à chaque fois, la Fédération portugaise a nommé Monsieur Antonio Garrido pour accompagner les arbitres et les emmener dîner après le match".

"A l'hôtel, on mange bien aussi"

A Villarreal, on a été très surpris par cette révélation. L'entraîneur du Sous-Marin Jaune Juan Carlos Garrido s'est dit "perturbé". "Ce n'est pas éthique et ça ne devrait pas arriver. Pour dîner en ville, il y a les vacances. A l'hôtel aussi, on mange bien aussi. On a donc décidé de revisionner à nouveau le match et on a vu qu'un des penalties était inexistant, que deux ou trois cartons jaunes auraient pu être donnés à des joueurs de Porto en première période et qu'une faute de Hulk sur Catala précédant un but n'a pas été sifflée. Mais je n'essaie pas de justifier quoi que ce soit, tempère-t-il. A Porto, on a sans doute fait plus d'erreurs que l'arbitre".

Si l'affaire fait du bruit, c'est aussi parce que le président du FC Porto, Pinto Da Costa, a été impliqué dans un scandale d'arbitrage au Portugal en 2004 (affaire sifflet doré; "Apito dourado"). Reinaldo Teles et Antonio Garrido avaient, eux, été blanchis car la justice portugaise avait refusé les écoutes téléphoniques comme preuves. A l'époque, le FC Porto s'était vu retirer des points en championnat et en Ligue des champions. Pinto Da Costa avait écopé de deux ans de suspension. Mais le comité d'appel de l'UEFA avait par la suite annulé toutes ces condamnations.

0
0