AFP

Serie A : Naples concède le nul contre Milan (1-1) et laisse la tête à la Juventus

Le coup d'arrêt de Naples à domicile laisse la Juve seule en tête

Mis à jourLe 22/02/2016 à 23:37

Publiéle 22/02/2016 à 22:55

Mis à jourLe 22/02/2016 à 23:37

Publiéle 22/02/2016 à 22:55

SERIE A - En clôture de la 26e journée de Serie A, Naples et l'AC Milan ont fait match nul (1-1) à San Paolo. Un résultat qui permet à la Juventus de conserver la tête du championnat pour un point. Ce lundi, Naples, qui restait sur 5 succès de suite à domicile, avait ouvert le score grâce Insigne (39e) mais les Milanais sont parvenus à égaliser juste avant la pause grâce à Bonaventura (44e).

Naples a manqué l'opportunité de rependre la tête de la Serie A. Dans un stadio San Paolo à guichets fermés, les joueurs de Maurizio Sauri ont été accrochés (1-1) par l'AC Milan malgré une large domination, notamment en première période. Mais Higuain et ses coéquipiers se sont montrés trop maladroits dans la finition et ont manqué d'imagination face à des Milanais qui se sont surtout appliqués à bien défendre. Avec ce point, Naples reste deuxième de Serie A, à une unité de la Juventus Turin alors que Milan est 6e, à huit points du podium.

Une saison peut basculer sur un détail. Espérons pour le Napoli qu'elle n'a pas basculé lors de cette rencontre face à l'AC Milan. Large dominateurs en première période (70% de possession, 10 tirs à 2), les joueurs de Sauri ont longtemps malmené les Rossoneri, notamment en multipliant les dédoublements sur les côtés avec des Hisaj et Ghoulam très offensifs. L'ouverture du score d'Insigne (38e) sur une frappe de 25m déviée venait concrétiser une gros temps-fort napoliatin symbolisé par des occasions d'Insigne (29e), de Callejon (32e, 34e) et d'Higuain (36e). On pensait alors que ce but allait libérer le Napoli. Mais c'est le contraire qui s'est passé.

Trop de gâchis pour espérer mieux

Sans doute trop laxistes et pas assez concentrés à la suite de l'ouverture du score, les joueurs de Sauri ont été surpris juste avant la pause par Bonaventura, étrangeusement seul à la retombée d'une merveille de centre rentrant d'Honda (43e). Une égalisation contre le cours du jeu qui a mis le doute aux têtes napolitaines. Car, en seconde période, Naples a peiné à se mettre dans le sens du jeu, à créer des décalages et s'approcher des buts milanais. A trois reprises seulement, Donnarumma a été mis en danger, malgré dix autres tirs napolitains. Décisif devant El Kaddouri en toute fin de rencontre (91e), le jeune gardien italien – qui fêtera ses 17 ans dans trois jours – a vu avec soulagement les reprises d'Higuain (81e) et d'Insigne (85e) fuir le cadre mais surtout le poteau repousser la tentative d'un Mertens (66e) remuant après son entrée en jeu.

Défendant très bas dès le début de la rencontre, l'AC Milan s'est reposé sur un axe central Alex-Zapata impeccable pour contrer Higuain, le meilleur buteur de Serie A mais aussi sur un Kucka dont l'activité tout au long des 90 minutes a considérablement gêné un Hamsik décevant. Dans la foulée de Bonaventura, sans doute le seul Milanais à avoir montré la volonté de jouer vers l'avant, les Rossoneri ne sont même pas passés très loin d'un sacré hold-up en fin de rencontre. Sur un superbe contre à trois mené par Bonaventura puis Ménez, rentré en jeu, Niang a manqué le cadre face à Reina (84e) avant que le gardien espagnol ne sauve le Napoli sur une frappe lointaine et cadrée d'Honda (88e). Finalement, ce point est assez logique. Même s'il n'arrange personne.

0 commentaire
Vous lisez :