2010 JO Vancouver Slovaquie Canada - AFP
 
Article
commentaires
Hockey sur glace

Fiers slovaques


Par Eurosport
Par Eurosport - Le 27/02/2010 à 12:12
La Slovaquie est tombée les armes à la main vendredi en demi-finale face au Canada. Auteurs d'une fin de match magnifique, les coéquipiers de Zdeno Chara se sont inclinés (3-2) mais ils ont définitivement gagné leurs galons de grande équipe. Ils veulent maintenant aller chercher le bronze.

Dans quelques jours, quand ils repenseront à leur parcours à tête reposée, les Slovaques oscilleront sans doute entre fierté et regrets. Fierté d'avoir atteint les demi-finales du tournoi olympique pour la première fois de leur courte histoire. Fierté d'avoir fait mieux que le grand voisin tchèque, stoppé net dès les quarts de finale. Fierté, peut-être, d'avoir obtenu la médaille de bronze, si tout se passe bien lors du match pour la troisième place contre la Finlande.

Reuters

Fierté, donc, sur presque tout la ligne. Mais aussi un soupçon de regret de ne pas avoir réussi le coup du siècle en demi-finale contre le géant canadien. Cette folle course-poursuite en fin de match, qui a vu les Slovaques revenir à 3-2 après avoir été menés 3-0, a avivé ce sentiment de déception, ce goût d'inachevé. Il suffisait de voir le soulagement sur les visages des joueurs du Team Canada une fois la sirène retentie pour mesurer à quel point l'outsider venu de l'Est était passé bien près de déjouer les pronostics. Malheureusement, c'était trop peu, et surtout un tout petit peu trop tard pour les coéquipiers de Zdeno Chara.

Ils n'ont jamais lâché un match

Malgré tout, et quoi qu'il arrive face à la Finlande ce week-end, ces Jeux de Vancouver auront confirmé la montée en puissance du hockey slovaque, qui n'a désormais plus grand chose à envier aux autres places fortes du hockey européen et mondial. Il y a du talent dans cette équipe. Chara, bien sûr, qui aura été le leader attendu de la défense. Mais aussi Jaroslav Halak, le jeune gardien du canadien de Montréal, auteur d'un remarquable tournoi. Ou encore en attaque avec les deux Marian, Hossa et Gaborik, Pavol Demitra, Michal Handzus, Jozef Stumpel et quelques autres encore. "On n'a pas toujours eu la reconnaissance que nous méritions, mais à part le Canada, voire la Russie, je ne vois pas beaucoup d'équipes avec plus de vitesse et de talent que la notre", avait confié Hossa, sûr de lui, avant le début de la compétition. Il n'avait pas tort.

Mais du talent, tout le monde en avait à revendre à Vancouver. La différence se fait dès lors sur l'attitude. Dans ce domaine, les Slovaques, boostés par une fierté de montrer ce qu'ils valaient, ont mérité la médaille d'or. Ils n'ont jamais lâché un match, ont toujours tout donné pendant 60 minutes. Même menés 3-0 face au Canada vendredi, ils n'ont jamais perdu le fil de leur jeu, persuadés de pouvoir revenir dans, la partie. Là encore, les faits leur ont donné raison. Pour cela, et sans vouloir du mal aux Finlandais, qui n'ont tout de même pas franchement fait honneur à leur rang de demi-finaliste vendredi, la Slovaquie mériterait bien de repartir de Vancouver avec une médaille.