AFP

Dopage: le Kremlin dénonce les "calomnies d'un transfuge"

Le Kremlin dénonce les "calomnies d'un transfuge"
Par AFP

Le 13/05/2016 à 12:33

JO SOTCHI 2014 - Le Kremlin a balayé les révélations de l'ancien patron du laboratoire antidopage russe, Grigori Rodtchenkov, sur un système de dopage supervisé par Moscou dont auraient bénéficié les médaillés russes lors des JO de Sotchi en 2014, les dénonçant comme les "calomnies d'un transfuge".

"Cela ressemble à des accusations totalement sans fondement." Pour Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, il n'y a aucune preuve fiable des accusations portées à la Russie autour d'un système de dopage organisé lors des Jeux olympiques de Sotchi en 2014, que l'ancien patron du laboratoire antidopage russe, Grigori Rodtchenkov, a dénoncé. "Cela ressemble tout simplement aux calomnies d'un transfuge", a-t-il ajouté, usant d'un mot remontant à la Guerre froide quand des espions ou des responsables soviétiques passaient à l'Ouest.

Grigori Rodtchenkov, qui s'est installé aux États-Unis après avoir démissionné en novembre 2015, a assuré dans les pages du New York Times que des dizaines d'athlètes russes dont 15 médaillés olympiques ont profité d'un système de dopage organisé et supervisé par Moscou lors des Jeux olympiques de Sotchi. La Russie a terminé à la première place du tableau des médailles à Sotchi avec 33 podiums, dont 13 titres olympiques.

Une petite trappe dans le laboratoire antidopage de Sotchi utilisé par les services secrets russes selon lui pour échanger les échantillons

Le Comité international olympique a réagi à ces révélations en demandant l'ouverture d'une enquête par l'Agence mondiale antidopage, tout en rappelant que le laboratoire antidopage de Sotchi s'était à l'époque conformé "aux règles internationales et au règlement".

M. Rodtchenkov affirme avoir mis au point un cocktail associant trois stéroïdes anabolisants - méténolone, trenbolone et oxandrolone - qu'il mélangeait à de l'alcool pour réduire la fenêtre durant laquelle ils pouvaient être détectés. Les services secrets russes sont de leur côté intervenus, selon lui, pour changer les échantillons urinaires prélevés sur des athlètes russes.

Pour étayer ces accusations, M. Rodtchenkov a fourni au New York Times des échanges de courriers électroniques avec le ministère russe des Sports dans lequel sont mentionnés les athlètes profitant de ce programme. Il a également fourni une photo montrant une petite trappe dans le laboratoire antidopage de Sotchi utilisé par les services secrets russes selon lui pour échanger les échantillons.

M. Rodtchenkov a été limogé fin 2015 après le début du scandale qui éclabousse l'athlétisme russe, qui pourrait être privé des JO de Rio. Il s'est installé en 2016 aux États-Unis, à la suite de son adjoint Timofeï Sobolevski. "Ils étaient si mauvais, qu'on les a renvoyés. Ils sont partis aux États-Unis, où ils ont reçu un laboratoire, un appartement, une voiture", avait déclaré en février le ministre russe des Sports Vitali Moutko.

0
0