Eurosport

Dopage : 30 choses stupéfiantes lues dans le rapport du Sénat sur la lutte contre le dopage

30 choses stupéfiantes lues dans le rapport du Sénat
Par Eurosport

Le 25/07/2013 à 08:58

Si vous n'avez pas le courage de vous infuser les 238 pages du rapport de la commission du Sénat sur l'efficacité de la lutte antidopage, voici ce que nous avons surligné. Derrière la révélation des noms des cyclistes de 1998 contrôlés positifs à l'EPO, derrière les 60 propositions, se cache un état des lieux précis des pratiques et des tendances.

1. Il y a quatre fois plus de dopés que de positifs (environ)

Une fourchette comprise entre 1 et 2% des contrôles débouchent sur un contrôle anormal ou positif. Mais la proportion des dopés réels dans le sport de compétition est probablement quatre fois supérieure. L’ancien directeur médical et scientifique du CIO, Patrick Schamasch, a affirmé à la commission : “Je ne suis pas naïf. La proportion des dopés est supérieure à celle des contrôles positifs (1% à 2%) ; sans doute les tricheurs représentent-ils 7% à 8% des sportifs”. Explications : “Certaines substances ou méthodes ne sont pas détectables, d’autres connaissent des fenêtres de détection assez courtes, et des  stratégies de contournement ont enfin été mises en place par les sportifs.”

2. Même les ministres ferment les yeux pour protéger leur discipline

Michel Rieu, conseiller à l’AFLD, observe que le dopage fait l’objet d’une véritable omerta dans les fédérations : “Tous les dirigeants de clubs et de fédérations affirment que le dopage est une chose  épouvantable mais qu’heureusement le sport dont ils ont la responsabilité est plutôt épargné.“ Pour illustrer son propos, la commission sénatoriale cite Jean-François Lamour et David Douillet, champions olympiques d’escrime et de judo, membres de divers gouvernements en charge des sports. Lamour : “L’escrime est peut-être plus protégée que d’autres pour une raison simple : dans ce sport,  l’aspect technique est largement supérieur à l’aspect physique. Le dopage renforce l’endurance comme dans le cas de l’EPO ou améliore la force comme la testostérone ou les corticoïdes, destinés à rendre l’effort répété plus  supportable. En escrime, la force physique n’est nécessaire qu’à l’explosion du geste...”. David Douillet : “En judo, la victoire dépend  heureusement de nombreux paramètres non réductibles à la forme physique : on  ne peut gagner sans une technique, un mental, une concentration infaillibles.” Le dopage, c’est les autres.

Eurosport

Naturellement peu associés au phénomène du dopage, le sport auto et le golf ont aussi leurs petites habitudes, avec des produits très précis. Marc Sanson, ancien président de l’AFLD, affirme que “pendant plusieurs années, les  coureurs automobiles ont utilisé de la tacrine, produit utilisé dans le  traitement de maladies comme celle d’Alzheimer, qui permettait de mémoriser les parcours routiers.” Patrick Schamasch, sur les bêta-bloquants dans le golf : “Ils abaissent le rythme cardiaque et limitent donc les tremblements, ce qui peut être une aide précieuse dans le  petit jeu, le putting. L’interdiction des belly putters à partir de l’an prochain pourrait accroître les risques.”

4. Comme le disait Lance Armstrong…

Philippe Gaumont, décédé le 17 mai dernier, a illustré à sa façon la phrase lâchée par Lance Armstrong à Oprah Winphrey sur le fait que préparer ses potions était devenu à ses yeux aussi naturel que regonfler les pneus et préparer les bidons d’eau. “On se baladait avec nos seringues et on les sortait sans aucune pudeur. Pour nous, c’est devenu des objets aussi banals qu’une brosse à dents.”

Panoramic

Loin de l’image sage du médecin d’équipe uniquement affecté au suivi des blessures et maladies des joueurs, le médecin dans le sport de haut niveau est clairement affecté à des tâches de “préparation médico-sportive”. Jean-Marcel Ferret, médecin de l’équipe de France de football championne du monde en 1998, se fait le porte-parole d’Aimé Jacquet : “Il considérait que le médecin du sport  (…) était  associé à la préparation athlétique de l’équipe. (…) En dehors des options strictement techniques ou tactiques, je ne vois pas de domaines où le médecin ne puisse et ne doive  être, pour l’entraîneur, un partenaire de tous les instants.” Et Jacquet a toujours raison.

6. Deschamps : les élus de la République ne font aucun cadeau au sélectionneur de l'équipe de France

Seule personne à avoir eu droit à une audition à huis clos, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, a le malheur de voir son nom figurer en toutes lettres dans les trois pages rappelant les scandales qui ont émaillé l’histoire du sport. “Le scandale de la Juventus de Turin met au jour, dans un contexte  d’hypermédicalisation du football, l’usage d’EPO (érythropoïétine) par  plusieurs sportifs du club entre 1994 et 1998. (…) Au-delà de la pharmacopée impressionnante retrouvée dans l’infirmerie du club (281 sortes  de médicaments, parmi lesquels des stimulants, des antidépresseurs ou encore  des corticoïdes), des variations anormales des taux d’hémoglobine sont mises  en évidence pour plusieurs joueurs. L’expertise du professeur Giuseppe d’Onofrio, hématologue, conclut à l’utilisation quasi certaine d’EPO ou de  transfusions sanguines pour deux joueurs (Conte et Tacchinardi) et très probablement pour six autres footballeurs, parmi lesquels le Français Didier Deschamps, dont le taux d’hématocrite a pu atteindre 51,9 %. Ce niveau laisse supposer une stimulation exogène compte tenu des variations importantes des  mesures d’hémoglobine.”

LaPresse

Entre 2009 et 2011, l’Agence mondiale antidopage a effectué des prélèvements sur 33 sports olympiques. Le trio de tête des disciplines avec le plus de contrôles positifs est constitué du curling (3,4%), de l’haltérophilie (3,16%) et de la boxe (2,37%). Le cyclisme est 6e (1,68%), derrière le basket (1,76%). Le badminton, le bobsleigh et la luge sont les seules disciplines à 0%.

8. Le sport paralympique aussi

Les sports paralympiques, pris ensemble, sont quatrièmes au classement des taux de contrôles positifs de l’AMA avec 2,17% de cas positifs.

9. Plus de dopage dans le billard que dans le golf

Parmi les sports non olympiques reconnus par le CIO, les disciplines les plus sensibles sont le wushu (3,39%), un sport de combat dérivé des arts martiaux chinois traditionnels, le billard (2,40%) et le golf (2,08%). Aucun sport non olympique n’est épargné par les contrôles positifs. Le cricket (0,43%) est le plus discret.

Eurosport

Parmi les sports non olympiques et non reconnus par le CIO, le taux de contrôles positifs est très important pour le body building (18,09% en 2010) et en force athlétique (5,03% en 2011).

11. En France, le rugby en tête

Même en ôtant le cannabis des résultats d’analyse pratiqués par l’AMA en 2012, le rugby est arrivé en tête de liste des sports ayant fait l’objet de résultats anormaux devant l’athlétisme et le triathlon, puis le cyclisme.

12. Les contrôles inopinés ne sont pas imprévisibles

Mis en avant dans la lutte antidopage “moderne”, les contrôles inopinés ont un caractère imprévisible “trop souvent théorique” selon le rapport du Sénat. Le directeur du département des contrôles de l’AFLD est cité sur le témoignage suivant : “Actuellement, lorsqu’on effectue un contrôle à 6 heures du matin, on entend toutes les chasses d’eau fonctionner et on ne recueille jamais la première miction, alors  que c’est celle qui nous intéresse ! Certains sportifs sortent même de leur chambre avec un coton à l’avant-bras !

13. Même non anticipés, les contrôles inopinés peuvent être détournés

Témoignage du président de l’agence portugaise de lutte contre le dopage, expert de l’AMA sur le Tour de France 2003 : “Il eut la surprise, en se présentant à 6 heures 30 à l’hôtel d’une équipe pour un contrôle inopiné, d’être reçu par le directeur sportif qui semblait l’attendre, et dut patienter 35 minutes avant de pouvoir effectuer un contrôle sur un coureur. 

AFP

Pas ou peu contrôlés, absolument pas entourés, les sportifs amateurs les plus kamikazes ont recours au dopage dans des conditions qui font froid dans le dos. Jean-Pierre Verdy, directeur du département des contrôles de l’AFLD : “Ce qui se passe chez les amateurs est très grave. Les produits utilisés sont les  mêmes que chez les professionnels, mais ils le sont de manière anarchique et en quantité impressionnante : on a vu un père injecter à son fils deux à trois fois la dose d’EPO que reçoivent les professionnels. Lorsqu’on se déplace sur le terrain, lors des compétitions, on voit les parents remplir des bidons, casser des ampoules et utiliser de la poudre.” 3 à 5% des jeunes sportifs amateurs affirment avoir déjà consommé une substance interdite au cours des six derniers mois.

15. Le dopage moderne invente ses propres produits

L’histoire du dopage a connu, à grands traits, trois vagues de produits dominants : les amphétamines à partir des années 30, les stéroides à partir des années 70, l’EPO dans les années 1990. Soit des médicaments détournés de leur usage. Le dopage, c’est aujourd’hui “le dévoiement de certaines molécules n’ayant pas fait l’objet d’une mise sur le marché et l’émergence d’une industrie spécifique au dopage”. Michel Audran, spécialiste du dopage sanguin, est cité avec ce témoignage : “Encore récemment, le dopage se limitait au détournement de médicaments à usage humain ou vétérinaire. De nouveaux produits sont apparus, sans que l’on abandonne pour autant les anciens. La nouveauté, c’est l’utilisation de produits en cours d’essais cliniques, provenant des hôpitaux et surtout d’Internet. (…) On fait désormais usage de substances dont les essais cliniques ont été interrompus, ou qui ont démontré des effets ergogéniques sur l’animal seulement, comme l’Aicar, qui a fait le buzz sur Internet.” Le métier de drug designer existe aujourd’hui dans des laboratoires discrets.

16. Le dopage génétique a commencé

Sans être généralisé ni total, le dopage génétique existe déjà sous la forme suivante, selon Michel Rieu : “Si on définit le dopage génétique comme l’ensemble des procédés pharmacologiques  modernes qui infléchissent les voies de régulation, c’est-à-dire qui permettent  à un gène d’exprimer en plus ou en moins le produit protéique intéressant, alors le risque de dopage génétique existe déjà.” L’Aicar, nouveau produit indétectable, entre dans cette catégorie. Il permet à son consommateur de brûler des calories et de développer ses muscles sans effort.

17. Le dopage raccourcit la vie

Une enquête sur la durée de vie moyenne des footballeurs américains a établi que celle-ci tournait autour de cinquante ans. Dans les années 1970 et 1990, les coureurs du Tour de France mouraient cinq fois plus d’accidents cardiovasculaires que la moyenne de la population.

18. Le pire du pire, c’est les stéroïdes anabolisants

Parmi tous les produits dopants, les anabolisants sont ceux qui présentent le plus d’effets indésirables, au nombre de sept :

- Troubles du comportement, agressivité
- Dépendance
- Risques cardiovasculaires et carcinologiques
- Rupture tendineuse, déchirure musculaire
- Arrêt de la croissance
- Insuffisance sexuelle
- Problèmes dermatologiques

19. Un toxicomane sur cinq était un ancien sportif en 1997

Une enquête de 1997 a établi que 20% des patients accueillis dans un centre de prise en charge des toxicomanes étaient d’anciens sportifs de haut niveau. 75% étaient des hommes pour qui la consommation d’héroïne avait débuté pendant leur carrière. Certains continuaient l’usage de produits dopants et cumulaient avec d’autres produits comme la cocaïne ou le canabis.

20. Les trafiquants de produits dopants sont les trafiquants de drogue

Yves Maury, receveur principal des douanes, affirme : “Le trafic de produits dopants s’apparente de plus en plus au trafic de stupéfiants : il emprunte les mêmes filières et offre des profits comparables. Il n’est pas rare de procéder à des saisies conjointes de stupéfiants et de produits dopants.”

Imago

Les produits dopants sont en général produits en Asie et dans les pays de l’Est, pour des raisons différentes. A l’Est,  les laboratoires sont occupés par un personnel bien formé et peuvent être très sophistiqués. En Asie, les produits sont réalisés dans des ateliers de contrefaçon classiques (textile, hifi). Thaïlande, Chine, Grèce, Slovaquie, Roumanie, Moldavie sont les pays qui font le plus chauffer les machines.

22. De nombreux pays se contrefichent de lutter contre le dopage

Selon un témoignage du président de la Fédération française d’athlétisme, de nombreux pays d’Afrique et des pays d’Europe de l’Est comme l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie n’ont pas de réglementation dissuasive. “Le sport n’y est pas organisé de la même façon qu’ici et les fédérations y contrôlent très peu leurs athlètes en raison d’enjeux financiers pris en main par des groupes.” En outre, dix pays de l’Union Européenne ne transmettent pas à Interpol les données relatives aux procédures et condamnations pour dopage : Chypre, Danemark, Hongrie Roumanie, Suède, Luxembourg, Finlande Lettonie, Lituanie et Slovaquie. Un seul parmi les grands pays de sport : l’Espagne.

23. Impossible de convaincre des jeunes avec l’argument de la prévention

Martin Fourcade, champion du monde de biathlon, détaille en ces termes l’inefficacité des stratégies de dissuasion classiques : “Les dangers sanitaires des produits dopants ne dissuadent pas ceux qui veulent arriver à leurs fins d’y avoir recours. Un jeune n’imagine pas la vie jusqu’à soixante-dix ans. En revanche, vivre jusqu’à quarante ans avec beaucoup d’argent le séduit fortement.”

24. De nombreux malades dans le peloton du Tour de France

L’autorisation à usage thérapeutique est une des méthodes les plus connues pour “légaliser” la prise d’un produit dopant aux yeux de l’autorité sportive. Sur les 180 coureurs engagés sur le Tour de France en 2008 (145 ont terminé la course), 95 ont été contrôlés au moins une fois, et 76 (soit 42 %) ont déclaré disposer d’une autorisation d’usage thérapeutique (AUT) avant le départ du Tour.

Tout au long du rapport, le Sénat pointe avec récurrence l’absence de volonté politique de lutte contre le dopage chez la Fédération internationale de tennis. Avec notamment cette bizarrerie : la FIT a passé contrat d’exclusivité pour la mise en  place de ses contrôles avec une société privée, IDTM. De fait, aucune autre organisation ne peut diligenter de contrôle sur les compétitions internationales. La FFT passe entre les gouttes du Sénat. Elle est présentée comme un intermédiaire entre l’AFLD et la FIT pour Roland-Garros et les tournois ATP disputés sur le sol français.

26. Bientôt des contrôles la nuit ?

Il est proposé de réviser le code mondial antidopage afin de permettre un contrôle antidopage "à tout moment", y compris la nuit, dans des cas justifiés. Exigeant, le suivi actuel des sportifs les contraint à être localisables entre 6 heures et 23 heures, tous les jours. Ce dispositif n’a pas été jugé trop intrusif par le conseil d’Etat.

27. On demande finalement aux fédérations de travailler à leur propre discrédit

En faisant des fédérations sportives les premières autorités censées condamner les sportifs pour dopage, le système actuel porte en lui la faiblesse de la lutte antidopage. Le médecin Jean-Pierre Mondenard insiste sur "la nécessité de séparer la lutte antidopage du monde sportif car on ne peut pas à la fois courir après les médailles et empêcher les sportifs de s’en donner les moyens, tous les moyens !"

SID

On n’a pas l’habitude de taper les sportifs malhonnêtes au porte-monnaie. Depuis 2006, l’AFLD n’a condamné un sportif à une amende qu’une seule fois, et seulement à 2500 euros, sanction accompagnée d’une suspension de dix ans, pour un cas d’usage d’EPO en athlétisme. L’idée d’une lourde sanction pécuniaire pour les fauteurs n’a jamais été appliquée. Elle est promue dans le rapport.

29. Le dopé est une victime

Dans le droit français, le sportif dopé est considéré comme une victime. Explication de Marie-George Buffet : "La sanction sportive me paraît importante et préférable à la sanction pénale. La sportive ou le sportif, même s’ils sont responsables, sont cependant des victimes." La sanction pénale, c’est pour l’entourage des dopés.

30. L’autotransfusion reste indétectable

De toutes les pratiques dopantes répertoriées à ce jour avec certitude (Lance Armstrong y avait recours), l’autotransfusion de sang est la seule à être indétectable. En dehors d’un témoignage visuel, pendant les 15 à 20 minutes de la transfusion, il n’y a aucun moyen de confondre un autotransfusé.

0
0