2012 Sochi Krasnaya Polyana Super Combiné Kostelic - AFP
 
Article
commentaires
Ski alpin

Kostelic encore opéré

Kostelic encore opéré

Par AFP
Dernière mise à jour Le 13/02/2012 à 20:07 -
Par AFP - Le 13/02/2012 à 20:07
Souffrant du ménisque du genou droit, Ivica Kostelic est passé par la salle d'opération lundi. Les huit courses qu'il va rater en un mois devraient malheureusement lui coûter le grand globe de cristal.

Le Croate Ivica Kostelic, leader du classement général de la Coupe du monde, est repassé lundi pour la énième fois de sa carrière sur la table d'opération, de quoi réduire grandement ses chances de remporter un deuxième grand globe de cristal consécutif. Comme il le craignait dimanche, montant en pleurs sur la première marche du podium du super-combiné à Rosa Khutor (Russie), sa quête du titre suprême est bien compromise. De retour du Caucase, Ivica Kostelic est allé passer des examens approfondis dans une clinique à Bâle, en Suisse. Souffrant de lésion au ménisque du genou droit, il a subi une ablation d'une partie du cartilage en fin de journée, avec succès.

Si tout va bien, le Croate pourrait effectuer son retour à la compétition lors de l'étape de Kranjska Gora, en Slovénie les 10 et 11 mars, selon sa fédération de ski. Mais en son absence, huit courses au total, le Suisse Beat Feuz, qui compte 70 points de retard au général, voire l'Autrichien Marcel Hirscher, à 218 points, ont toutes chances de s'installer aux commandes. Mais le Croate en a vu d'autres. A 32 ans, il ne compte pas moins d'une dizaine d'opérations au genou, huit pour le seul genou droit.

A force de volonté et d'entraînement intense, l'athlète a surmonté les coups durs. En janvier 2010, il avait ainsi stupéfié en s'affichant en vainqueur du slalom de Wengen, la grande classique suisse, un mois seulement après une opération au ménisque du même genou droit. Le mois suivant, il enlevait deux médailles d'argent aux jeux Olympiques de Vancouver sous l'oeil ému de son vieux père Ante, qui a fait de sa soeur Janica et lui des champions. Mais aux yeux des Kostelic, rien ne vaut le grand globe de cristal.

L'an dernier, après un mois de janvier tonitruant en Coupe du monde, Ivica n'avait pas hésité à quitter Garmisch-Partenkirchen en plein championnats du monde, avec une seule médaille de bronze en super-G, sans attendre le super-combiné et le slalom, dont il était un grand favori, pour ne pas compromettre ses chances au général. "Vous pouvez toujours dire 'je veux gagner une médaille aux Jeux olympiques', parce que c'est en un seul jour, et si vous êtes bien inspiré, donnez tout, vous pouvez le faire. La Coupe du monde, c'est cinq mois de compétition, et il vous faut vraiment un bon horoscope!", avait souligné le Croate, une fois le titre assuré, en mars dernier.

Dimanche, Ivica Kostelic a déjà mis la main sur petit globe du super-combiné. Malgré cette blessure, ce ne sera peut-être pas son seul trophée. Le trentenaire dispose de 135 points d'avance sur Hirscher dans la course au globe du slalom. Même en manquant celui de Bansko, en Bulgarie, dimanche, il lui restera deux autres courses pour tenter de conserver un petit capital sur le jeune Autrichien.