AFP

La Française Tessa Worley championne du monde de géant à Saint-Moritz

Worley est vraiment une géante !

Le 16/02/2017 à 14:01Mis à jour Le 16/02/2017 à 14:33

MONDIAUX - Tessa Worley a remporté le titre en géant, jeudi à Saint-Moritz. La Française, sacrée pour la deuxième fois après 2013, a devancé l'Américaine Mikaela Shiffrin de 0"34 et l'Italienne Sofia Goggia de 0"74.

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

La reine du géant, c’est bien elle. Quatre ans après son premier sacre à Schladming, Tessa Worley est de retour sur le toit du monde. Meilleur temps du premier tracé, la Française a tenu la pression pour remporter le géant des Mondiaux de St-Moritz devant l’Américaine Mikaela Shiffrin (+0’’34) et l’Italienne Sofia Goggia (+0’’74). Après avoir contribué au titre par équipes, la skieuse du Grand-Bornand offre au clan tricolore une deuxième médaille d’or. Et en profite pour rentrer un peu plus dans le panthéon du ski français.

Elle n'est que la troisième tricolore, chez les dames, à possèder au moins deux titres mondiaux. La première depuis 40 ans. Seules Fabienne Serrat (auteur du doublé combiné-géant en 1974… à St-Moritz) et Marielle Goitschel (combiné en 1962, combiné et géant en 1964, combiné, géant et descente en 1966 et slalom en 1968, lors des JO de Grenoble) peuvent en dire autant. C'est dire la portée historique de son accomplissement ce jeudi.

Shiffrin a haussé le ton, mais Worley a tenu bon

La journée s’est déroulée comme dans un rêve pour Worley. Mais il n'a pas manqué grand-chose pour qu’elle vire au cauchemar. En première comme en seconde manche, la Française a commis sa petite faute. Un avertissement sans frais comme pour la rappeler à l’ordre, et la propulser vers les sommets. Avec son dossard 1, la Française a d’abord creusé l’écart lors de son premier run. 48 centièmes d’avance sur Goggia. 72 sur Shiffrin. Le trou était fait. Il n’y avait plus qu’à tenir. Et sur un second tracé salé par les organisateurs pour éviter que la course ne vire au bouillon comme lors du combiné messieurs, la Française a résisté à la pression, forte d'une énorme expérience (11 victoires en carrière) et d'une confiance redoutable (six podiums consécutifs cet hiver, dont trois sucés)

Timide le matin, Shiffrin a haussé le ton l’après-midi en signant le meilleur chrono du second tracé. Mais pas suffisamment pour inquiéter Worley. Malgré une frayeur sur le haut, la Tricolore de 27 ans a toujours conservé plus d’une demi-seconde d’avance sur l’Américaine sur chacun des trois intermédiaires. Avant de lever les bras dans l’aire d’arrivée pour célébrer une victoire historique à plus d’un titre pour le ski français.

0
0