Eurosport
 WTCC : Circuit Paul RicardRegarder 
 
 
Tennis - Fed Cup

Escudé: "Il y a la place"

Nicolas Escudé a choisi Pauline Parmentier, Virginie Razzano, Kristina Mladenovic et Stéphanie Foretz-Gacon pour sauver la tête de l'équipe de France de Fed Cup lors du barrage du groupe mondial 2 face à la Slovénie. Le capitaine, qui s'explique d'Alizé Cornet comme 5e joueuse, y croit.

 
Escudé: "Il y a la place" - Tennis - Fed CupDPPI
 

Pouvez-vous expliquer votre choix ?

Nicolas Escudé: Contrairement à ce que j’avais pu faire par le passé, je vais partir avec seulement quatre filles. Lors de la dernière rencontre face à la Slovaquie, j’ai senti que c’était difficile à gérer pour la cinquième joueuse. Au vu de ce que j’ai pu voir à Miami, de leurs résultats, de l’avis de leurs entraîneurs et de la DTN, aujourd’hui, cette sélection me paraît logique. Pauline (Parmentier), "Virg’ " (Razzano), "Steph’ » (Foretz-Gacon) et "Kiki "(Mladenovic) me donnent suffisamment de garanties pour aller chercher cette victoire contre les Slovènes.

Vous n’avez pas retenu Alizé Cornet pour cette rencontre. Pour quelles raisons ?

N.E: Je n’ai pas sélectionné Alizé sur cette rencontre car dans mon esprit, je compte m’appuyer en simple sur Pauline (Parmentier) et Virginie (Razzano). Même s’il n’y a pas toujours eu la victoire au bout, elles m’ont toujours donné satisfaction en termes de jeu et d’investissement. Ce qui n’a pas toujours été le cas avec Alizé. Elle a souvent eu des problèmes avec cette compétition en simple. A côté de ça, Stéphanie Foretz-Gacon a fait une très bonne fin de saison 2011. Et elle joue bien depuis le début de la saison. C’est une des filles qui a gagné le plus de matches cette année. Elle se retrouve aujourd’hui aux alentours de la 80e place (NDLR : 79e au classement WTA). Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’intégrer "Steph’", qui a déjà fait partie de cette équipe par le passé. Ce n’est pas une novice.

Cette rencontre vous fait-elle peur ? Car finalement, vous n’avez pas vraiment le droit à l’erreur…

N.E: Cela fait quatre ans que j’ai rarement le droit à l’erreur. On s’est retrouvés à chaque fois à jouer des matches de barrage. Sur mes trois premières années, c’était pour se maintenir dans le Groupe Mondial. Malheureusement l’année dernière, on est descendus en deuxième division. On se retrouve donc de nouveau à devoir jouer un match de barrage, mais cette fois-ci, pour se maintenir dans le Groupe Mondial 2. C’est loin d’être un match évident car en face, il y a une fille comme Polona Hercog qui est classée aux alentours de la 30e place mondiale (NDLR : 36e au classement WTA). Elle était d’ailleurs en demi-finale à Charleston tout récemment. Mais cette équipe de Slovénie n’a pas un réservoir important de filles avec des classements probants. La deuxième joueuse doit être classée aux alentours de la 150e place (NDLR : Petra Rampre figure au 153e rang mondial). Il y a de la place pour l’emporter. On n’y va pas avec la peur au ventre, mais il va falloir bien préparer cette rencontre pour arriver à maintenir la France dans le Groupe Mondial 2.

Vous n’êtes pas passés si loin de la victoire à Bratislava. Quels enseignements avez-vous tiré de cette défaite ?

N.E: Sur toutes les rencontres, on n’est jamais très loin des autres équipes. On n’était pas passés très loin de la défaite contre les Allemandes, il y a deux ans en barrage. On n’était pas passés loin de la victoire contre les Russes en 2011 au premier tour. Toutes les rencontres de Fed Cup se jouent sur de petits détails. A Bratislava, c’était la même chose et il y a eu la défaite au bout. C’était une rencontre difficile à préparer avec les péripéties que l’on connaît. On va essayer de retrouver un peu de sérénité pour préparer cette rencontre.

Croyez-vous au maintien ?

N.E: Oui, bien sûr, sinon j’aurais laissé ma place. On croit à la victoire. On est persuadés que l’on va sortir vainqueurs de ce week-end. Après, il y a une équipe en face. Tout ne va pas dépendre uniquement de nous, mais on va faire tout notre possible pour que les filles arrivent au top ce week-end pour gagner cette rencontre. Il y a la place !

L’enjeu de cette rencontre est crucial. Sur quoi va-t-elle se jouer ?

N.E: Elle va se jouer sur l’expérience, le mental, l’état de forme, la préparation, l’envie et pleins de petits détails qui font qu’à un moment donné, un match ou une rencontre bascule dans un sens ou dans l’autre. On va justement faire attention à ces petits détails pour que cette rencontre bascule en notre faveur.

Pour quelles raisons avez-vous choisi de jouer sur dur ?

N.E: C’est avant tout le choix des joueuses. J’ai eu aussi mon mot à dire. Les joueuses ont opté pour cette surface par rapport aux Slovènes. C’est une surface qui nous convient bien. C’est aussi la surface où les joueuses slovènes sont peut-être le moins à l’aise. C’est un choix logique.

 - Eurosport
 
#160;
 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus