Panoramic

France - République tchèque : "Quand ça va s'apaiser, on se rendra compte du chemin parcouru"

"Quand ça va s'apaiser, on se rendra compte du chemin parcouru"

Le 14/11/2016 à 00:01

FED CUP – Magnifiques tout au long du week-end, les filles de l'équipe de France de Fed Cup ont toutefois fini par s'incliner face à la République tchèques trois victoires à deux. Mais elles peuvent retirer pour l'avenir un vrai bénéfice de ces 48 heures strasbourgeoises.

"C'est dur de partir avec le trophée des finalistes quand celui des vainqueurs était si proche." Caroline Garcia, épuisée et émue, avait du mal, à chaud, à digérer le dénouement de ce week-end toujours intense et souvent épique, mais où le dernier mot est revenue à cette redoutable équipe tchèque, tellement plus habituée aux joutes de haut niveau. Elle a décroché à Strasbourg sa troisième Fed Cup consécutive et sa cinquième sur les six dernières éditions. Le groupe le plus complet a gagné, le plus expérimenté, aussi.

Reste que les Bleues y ont cru dur comme fer, surtout après la victoire de Caroline Garcia sur Pliskova, qui les avait placées aux commandes dans cette finale. Il ne manquait plus qu'une petite victoire. Mais ni Alizé Cornet dans le dernier simple contre Barbara Strycova ni la paire Mladenovic-Garcia dans le double n'ont pu apporter ce fameux troisième point. "On n'était pas loin. On est un petit peu sonnées", a admis Amélie Mauresmo.

Carolina Garcia euphorique

Carolina Garcia euphoriquePanoramic

Mauresmo ne regrette pas ses choix

La capitaine tricolore ne regrette pourtant pas grand-chose. Pas même son choix d'avoir titularisé Cornet pour le dernier simple, en lieu et place de Mladenovic, qu'elle souhaitait préserver pour le double éventuel. "On avait deux possibilités de conclure et je voulais l'équipe la plus fraîche pour celle où on avait le plus de chance, le double, a-t-elle expliqué. C'était déjà dans ma tête hier soir, ça s'est confirmé quand Caroline a gagné son match." Tous les choix peuvent se discuter, mais "Kiki" et "Caro" ont déjà démontré qu'elles pouvaient être une des meilleures paires de double au monde. Le pari était donc tout sauf absurde.

Malheureusement, le tandem tricolore s'est cassé les dents sur la paire Strycova-Pliskova. "Le double se joue à très peu de choses. Tous les jeux étaient serrés, il y a eu des occasions de part et d'autre", juge Kristina Mladenovic, qui est souvent apparue comme le maillon faible dans ce dernier match du week-end. Fébrile au service, pas assez tranchante au filet, elle a eu du mal à s'exprimer. Caroline Garcia, elle, a longtemps tenu la baraque, même si physiquement, après ses deux simples, elle a eu du mal à tenir la distance. "Caro n'était pas tout à fait au niveau d'hier mais dans les moments chauds, elle a fait preuve de coeur et elle est arrivée à se surpasser", a jugé Mauresmo.

Garcia, Mauresmo et Mladenovic lors du double décisif de la finale de Fed Cup

Garcia, Mauresmo et Mladenovic lors du double décisif de la finale de Fed CupAFP

Garcia : "On a montré que ça valait le coup de venir voir du tennis féminin"

La numéro un française restera incontestablement comme la très grande satisfaction individuelle de cette finale. Elle a joué un tennis parfois exceptionnel dans ces trois rencontres. "Caro a évolué à un niveau incroyable dans tous les compartiments du jeu", avait souligné la capitaine samedi soir après sa démonstration contre Kvitova. Mais au-delà du cas Garcia, c'est l'état d'esprit conquérant de l'équipe tout au long du week-end qui est à relever. Et la faculté des joueuses à se dépasser, face à des adversaires plus fortes sur le papier. Elles n'ont pas subi l'évènement, mais l'ont pleinement embrassé, même si cela n'a pas suffi.

"Les joueuses ont montré des choses très impressionnantes, estime Mauresmo. Elles ont prouvé qu'elles étaient capables de répondre présentes avec un tel enjeu alors que ce n'est pas leur quotidien sur le circuit." "Quand ça va s'apaiser on y verra plus clair et on se rendra compte du chemin parcouru", confirme Kristina Mladenovic. L'héroïne malheureuse Caroline Garcia, qui a eu des "vibrations de dingue" pendant ces deux jours, veut, elle, retenir le coup de projecteur mis sur une épreuve et des joueuses moins en lumière habituellement que leurs collègues masculins. "On a montré que ça valait le coup de venir voir du tennis féminin", a-t-elle dit. Et comment. Ces filles-là, cette Garcia-là, on en redemande.

La remise du trophée à l'issue de la finale de la Fed Cup

La remise du trophée à l'issue de la finale de la Fed CupAFP

0
0