twitter

Karolina Pliskova, reine sans couronne mais championne de la régularité

Pliskova, reine sans couronne mais championne de la régularité

Le 17/07/2017 à 12:37Mis à jour Le 17/07/2017 à 13:09

WTA - Garbine Muguruza n'est pas la seule joueuse à avoir reçu des félicitations ce week-end. Karolina Pliskova est également à l'honneur : ce lundi, la Tchèque devient officiellement numéro un mondiale pour la première fois de sa carrière. Une reine pour l'instant sans couronne, mais d'une régularité suffisante pour la consacrer.

Sur les 52 dernières semaines, la Tchèque a su faire son trou avec minutie. Depuis l'été dernier, la soeur jumelle de Kristyna (elle aussi professionnelle) a franchi un vrai cap. Elle a remporté le tournoi Premier 5 de Cincinnati l'an passé (équivalent des Masters 1000 masculins), puis a atteint sa première finale de Grand Chelem à l'US Open après avoir battu Serena Williams en demi-finale. Cette saison, son ascension s'est accélérée avec le gain de trois nouveaux titres à Brisbane, Doha et Eastbourne, puis en atteignant les quarts de finale de l'Open d'Australie et les demi-finales de Roland-Garros.

Mais Wimbledon a marqué un arrêt net avec son élimination au 2e tour face à la Slovaque Magdalena Rybarikova. Là est le paradoxe : c'est suite à cela que Karolina accède à la première mondiale. Sans avoir gagné de titres du Grand Chelem. Ceux-ci sont un accélérateur social indéniable, mais pas une obligation pour atteindre le Graal, Pliskova en est encore la preuve, comme l'ont été Caroline Wozniacki ou encore Jelena Jankovic avant elle. Et Petra Kvitova aussi : elle a été une double vainqueur de Wimbledon, mais jamais une leader du classement WTA.

Vidéo - Patronne sans titre majeur ? Pliskova n'est pas la première à qui ça arrive...

00:44

Quand Serena n'est pas là, les chaises musicales s'enclenchent

"C’est un jour que je n’oublierai jamais, a-t-elle immortalisé sur son compte Instagram. Même si je ne savoure pas une victoire sur le court, je deviens la numéro 1 mondiale. Cela représente beaucoup pour moi. Pour l’instant, je ne réalise pas vraiment ce qui arrive... C'est aussi une grande responsabilité. J’en suis consciente et je ferai de mon mieux pour ne pas décevoir dans ce rôle. J’espère y parvenir."

Il est vrai qu'elle a été bien aidée par la défaite prématurée en huitième de finale d'Angelique Kerber, finaliste l'an passé. Et surtout par l'absence de Serena Williams, qui attend sagement son premier enfant loin du circuit. Rien ne dit évidemment que cela ne serait pas arrivé si l'Américaine avait été quand même là, mais vu sa domination écrasante sur ses adversaires jusqu'à janvier dernier, il est encore difficile de penser que Serena ne soit pas le juge de paix de ce classement. Et qu'en son absence, il est tout aussi difficile d'affirmer qu'une joueuse en particulier prenne la relève avec autant de réussite.

Il n'y a qu'à regarder le classement WTA pour s'en rendre compte. Derrière Pliskova se place Simona Halep en deuxième position avec 185 points de retard. La Roumaine n'est pas passée très loin d'être sacrée elle-même à l'issue de ce Wimbledon : si elle avait disputé les demi-finales, c'est bien elle qui surplomberait tout le monde ce lundi. Mais Johanna Konta, son bourreau en quart de finale, en a décidé autrement. La Britannique est encore loin de pouvoir disputer cette place de choix à la Tchèque, mais c'est à la 4e place mondiale qu'elle se situe désormais entre Garbine Muguruza et Angelique Kerber, la leader déchue.

Une nouvelle reine après l'US Open ?

L'Allemande, elle, semblait être en mesure de faire sienne cette place de leader de la WTA après le départ forcé de Serena. Son double triomphe en Grand Chelem l'an passé (à Melbourne et New York) a prouvé qu'elle en était capable. Mais plus dure est la confirmation. Cette année, Kerber a régressé par rapport à l'an passé dans les tournois du Grand Chelem, au contraire de Karolina Pliskova qui n'a fait qu'améliorer ses performances.

L'US Open, qui arrive à la fin du mois d'août, sera un nouveau juge de paix à sa façon. Si l'Allemande conserve son titre, elle pourrait tout à fait retrouver le plus haut rang. Mais tout dépend de la performance de Karoline Pliskova, qui aura la main sur son destin. La Tchèque n'a qu'une envie à présent : remporter son premier trophée majeur pour justifier son nouveau statut. Si elle n'y parvenait pas à New York, et que Kerber calait pour la quatrième fois de suite en Grand Chelem, il se pourrait bien qu'une nouvelle reine face son apparition.

0
0