Panoramic

Novak Djokovic : "Nous devrions gagner davantage que les femmes"

Djokovic : "Je pense que nous devrions gagner davantage que les femmes"
Par Eurosport

Mis à jourLe 21/03/2016 à 13:26

Publiéle 21/03/2016 à 12:00

Mis à jourLe 21/03/2016 à 13:26

Publiéle 21/03/2016 à 12:00

Article de Eurosport

Dimanche, Ray Moore, le patron d'Indian Wells, a mis le feu aux poudres en estimant que les joueuses devraient se mettre à genoux devant Nadal et Federer pour avoir porté le tennis et leur permettre, elles, de gagner très bien leur vie. Interrogé sur le sujet, Novak Djokovic, dans un langage beaucoup plus policé, n'a pas lui non plus pris position pour l'égalité hommes-femmes dans le tennis.

Le directeur du tournoi d'Indian Wells, a estimé dimanche que les joueuses devraient se mettre à genoux et remercier les joueurs vedettes de porter leur sport. Qu'en pensez-vous ?

N.D. : (Sourire). Je ne sais pas quoi dire. J'ai entendu ça. Evidemment, c'est un sujet délicat et sensible. Les femmes méritent respect et admiration pour ce qu'elles accomplissent. Vous savez, le "prize money" égal entre hommes et femmes est le sujet principal du tennis depuis sept ou huit ans. J'ai été impliqué dans ce processus alors je comprends l'énergie que la WTA met dans ce combat et je respecte tous les avocats de cette égalité. Je les applaudis pour ça. Sincèrement. Ils se battent pour ce qu'ils croient juste.

D'un autre côté, je pense que notre monde du tennis masculin, l'ATP, devrait se battre pour davantage, parce que les statistiques montrent que nous avons beaucoup plus de spectateurs lors des matches masculins. Je pense que c'est une des raisons pour lesquelles nous devrions gagner davantage que les femmes. Mais encore une fois, on ne peut pas se plaindre parce que notre prize money est très satisfaisant.

Donc pour vous, il ne devrait pas y avoir d'égalité entre hommes et femmes au niveau des gains sur les tournois ?

N.D. : Ecoutez, une fois de plus, ma réponse n'est pas aussi simple que oui ou non. Les femmes doivent se battre pour ce qu'elles pensent mériter et nous devons nous battre pour ce que nous pensons mériter de notre côté. Mais nous avons des statistiques, des informations sur qui vient au stade et pour voir quoi, qui attire le plus de spectateurs, etc.

Donc si à un certain moment il apparait que les femmes attirent plus que les hommes, elles devraient être payées davantage ?

N.D. : Absolument, absolument.

Mais au-delà de la WTA et de l'ATP, il est aussi question de l'interaction globale entre hommes et femmes dans le sport de haut niveau. Pensez-vous que vous seriez là aujourd'hui sans votre tout premier coach, Jelena Gencic ?

N.D. : Non, je ne serais pas là sans elle, c'est vrai. Je le répète, j'ai un immense respect pour ce que les femmes accomplissent dans le sport de haut niveau, de façon globale. Le corps des hommes n'est pas le corps des femmes. Elles doivent composer avec des choses qui ne nous touchent pas. Vous savez, les hormones, tout ça. Pas besoin de rentrer dans les détails. Les dames savent de quoi je parle. Les femmes doivent aussi parfois faire des sacrifices, plus que nous, à certains moments de leur vie professionnelle, par rapport à la famille, par rapport à leur propre corps. J'ai eu une femme pour entraîneur et elle a compté énormément dans ma carrière. Je suis entouré de femmes. Je suis très heureux d'en avoir épousé une et d'avoir un enfant (sourire). Je suis pour le pouvoir des femmes.

Pensez-vous que Ray Moore, sur la forme, a tenu des propos offensants ?

N.D. : Je pense qu'il est juste de dire que ce n'est pas politiquement correct. Je veux dire, ça a peut-être été un peu excessif, mais c'est juste mon opinion.

Novak Djokovic et Serena Williams au bal des champions de Wimbledon
Novak Djokovic et Serena Williams au bal des champions de Wimbledon - AFP
0 commentaire
Vous lisez :