Getty Images

Jelena Ostapenko après sa victoire à Paris : "Je pense que je peux gagner aussi Wimbledon"

Ostapenko : "Je pense que je peux gagner aussi Wimbledon"

Le 10/06/2017 à 20:25Mis à jour Le 10/06/2017 à 20:50

ROLAND-GARROS 2017 – Jelena Ostapenko ne réalise pas complètement ce qu’elle a accompli samedi en remportant les Internationaux de France du haut de ses 20 ans. Mais c’est sans se démonter qu’elle attend avec impatience Wimbledon où elle compte bien s’imposer également.

Impossible d’enlever ce sourire de son visage. Des étoiles plein les yeux, encore sous le choc de ce qu’elle vient d’accomplir, Jelena Ostapenko est étonnée de voir autant de monde en salle de presse pour venir lui parler de son exploit du jour. Mais il a bien fallu mettre des mots sur cet état de grâce : "Je ressens beaucoup de bonheur d'avoir remporté ce trophée. Mais je vous avoue que j'ai du mal à y croire. Mon rêve se réalise... Je vais vraiment réaliser dans deux ou trois jours, voire dans quelques semaines."

Du haut de ses 20 ans, cette Lettone étonne autant qu’elle détonne sur un court. Personne ne l’avait vu venir, sauf peut-être sa mère, qui la suit toujours de très près, Raimonds Vējonis, le président letton, qui la supporte depuis son arrivée en seconde semaine, et Anabel Medina Garrigues, cette ancienne 16e mondiale, qui est désormais sa coach depuis un petit mois. L’Espagnole n’a jamais dépassé un 4e tour en individuel en Grand Chelem, mais en double dames, elle a inscrit deux fois son nom au palmarès de Roland-Garros avec sa comparse Virginia Ruano Pascual. Leur collaboration, qui ne fait que commencer, a déjà rapporté des fruits inespérés. C’est ce qui s’appelle avoir du nez.

Anabel Medina, coach d'Ostapenko

Anabel Medina, coach d'OstapenkoEurosport

" Mon but est en tout cas de gagner tous les titres du Grand Chelem"

Sa marque de fabrique : son engagement complet sur le court. Avec un aplomb incroyable, elle a dicté le jeu de cette finale du premier au dernier point. Simona Halep, les yeux dans le vague en conférence de presse, dira même qu’elle a fini par être spectatrice sur le court. Mais il faut dire que chaque balle a systématiquement été attaquée par sa jeune adversaire. Sans se poser de questions. Un jeu dangereux, mais qui a fini par payer, la Roumaine ayant été démunie la majorité du temps. "J'ai toujours eu cette possibilité de pouvoir frapper fort, a assuré Ostapenko jurant que cela était en adéquation avec son caractère. Je sais que lorsque j'ai une chance de pouvoir faire un coup, une balle, je la saisis. Face à Halep, j'étais menée 3-0 au deuxième set. J'ai décidé de finalement reprendre les choses en main."

Et dire que la terre battue n’est pas sa surface favorite. Non, elle, c’est le gazon. Elle a remporté Wimbledon juniors quand elle était plus jeune… enfin il y a deux ans, lors d’une saison 2014 qu’elle a terminée en tant que numéro deux mondiale junior. Autant dire que le prochain tournoi majeur qui approche est déjà coché dans l’agenda de cette jeune fille, qui annonce sans se démonter. "Je pense que je peux gagner aussi Wimbledon. J'ai très envie d'y aller. Mon but est en tout cas de gagner tous les titres du Grand Chelem". Une réponse qui fuse comme ses attaques en coup droit.

Si elle parvient d'abord à faire ce doublé dans un nouveau coup d’éclat dont elle a le secret, la jeune Jelena serait la 7e joueuse de l’ère Open à réaliser cet exploit, les deux dernières étant Steffi Graf et Serena Williams… Allez savoir, nous sommes peut-être en face d’un nouveau phénomène.

Jelena Ostapenko, vainqueur de Roland-Garros 2017

Jelena Ostapenko, vainqueur de Roland-Garros 2017Getty Images

0
0