Getty Images

Alexander Zverev, roi de Rome et comte de Paris ?

Zverev, roi de Rome et comte de Paris ?

Le 23/05/2017 à 12:19Mis à jour Le 23/05/2017 à 12:27

ROLAND-GARROS 2017 – Nous ouvrons ce mardi une revue d'effectif des principaux candidats au titre à Paris. On débute avec le diamant brut du circuit, Alexander Zverev. A 20 ans et un mois, le jeune prodige Allemand n'en finit plus de gravir les échelons. Son sacre au Masters 1000 de Rome rend plus alléchante encore sa quinzaine Porte d'Auteuil.

Alexander Zverev

Pays : Allemagne
Date de naissance : 20 avril 1997
Classement ATP : 10e
Classement ATP Race : 4e
Titres ATP : 4

Alexander Zverev, vainqueur du Masters 1000 de Rome.

Alexander Zverev, vainqueur du Masters 1000 de Rome.Getty Images

Roland-Garros et lui : Tout jeunot sur le circuit, Alexander Zverev n'a pas un passé bien épais en Grand Chelem. A Roland-Garros, une seule participation à son actif, l'an dernier. Il avait atteint le troisième tour, avant de s'incliner en quatre sets dans un duel "zébré" contre Dominic Thiem.

Sa saison sur terre : Avant Rome, c'était solide, avec un titre à Munich et un quart de finale à Madrid, après des victoires sur Berdych et Cilic. A Monte-Carlo, il était tombé sur un certain Rafael Nadal. Seule sa sortie de route prématurée à Barcelone contre Heyon Chung relevait de la contre-performance. Mais évidemment, son tonitruant succès au Masters 1000 de Rome donne un relief exceptionnel à son printemps terrien.

Pourquoi il peut y croire : Débarquer à Paris en ayant remporté le dernier Masters 1000 préparatoire, c'est l'idéal. Si Sascha Zverev ne manquait déjà pas de confiance en lui, son sacre romain lui donne évidemment une ampleur et une dimension nouvelles. Elle lui ouvre aussi les portes d'un tableau un peu plus ouvert, au moins en première semaine. Il est assuré d'éviter un très gros morceau avant les huitièmes de finale et rien que ça, c'est un changement pour lui. Jusqu'où serait-il allé à Melbourne s'il n'avait pas croisé Nadal dès les 16es de finale. Tennistiquement, il dispose déjà les armes susceptibles de le guider très, très loin dans un tournoi du Grand Chelem. Et mentalement, il a été épatant dimanche contre Djokovic à Rome. Il ne donnait vraiment pas l'impression de jouer la première grande finale de sa carrière.

L'ombre d'un doute : On parle d'un joueur certes ultra-talentueux, mais qui n'a encore jamais accédé à la deuxième semaine d'un tournoi du Grand Chelem. C'est donc plusieurs pas de géant que Zverev va devoir accomplir en quinze jours s'il veut écrire l'histoire en lettres majuscules. Ce n'est certes pas impossible, mais au minimum, il est raisonnable de douter de sa capacité à réussir une telle performance. Exigeant au plan physique, Roland-Garros impose aussi d'être apte à enchainer les performances et les matches de haut niveau en trois sets gagnants. Là encore, il ne l'a jamais fait.

3 stats à avoir en tête

  • 1. Le nombre de places de quart de finaliste obtenues par les Allemands au cours des 20 dernières années à Roland-Garros, lorsque Tommy Haas s'était hissé dans le tableau de huit en 2013. Si Alexander Zverev atteint ce stade, ce sera donc déjà un petit évènement. Pour trouver trace d'un Allemand dans le dernier carré, il faut remonter à l'édition 1996. Cette année-là, Michael Stich était même allé jusqu'en finale.
  • 4. Jusqu'à la fin du mois de février, Alexander Zverev avait signé trois victoires contre des membres du Top 10 depuis le début de sa carrière. Depuis, en mois de trois mois, il a ajouté… quatre succès supplémentaires, face à Wawrinka à Miami, Cilic à Madrid, puis Raonic et Djokovic à Rome. Vous avez dit montée en puissance ?
  • 10. Grâce à son titre à Rome la semaine dernière, le jeune Sacha Zverev a bondi de sept places au classement mondial pour se hisser au 10e rang. Ce n'est pas anodin, car on n'avait plus vu un joueur aussi jeune rentrer dans le Top 10 à l'ATP depuis Juan Martin Del Potro au mois d'octobre 2008.
Alexander Zverev

Alexander Zverev Getty Images

0
0