AFP

Bartoli au bord du vide

Bartoli au bord du vide
Par Eurosport

Mis à jourLe 24/06/2011 à 17:21

Publiéle 24/06/2011 à 12:51

Mis à jourLe 24/06/2011 à 17:21

Publiéle 24/06/2011 à 12:51

Article de Eurosport

Au bord de la nausée, Marion Bartoli a sauvé trois balles de match avant de se qualifier pour 3e tour de Wimbledon face à Lourdes Dominguez Lino (4-6, 7-5, 6-2). Virginie Razzano n'a pas eu cette chance, éliminée sur la 4e balle de match de la N.1 mondiale Caroline Wozniacki (6-1, 6-3).

" C 'était mal parti. J'étais malade, je ne me sentais pas bien, j'étais à la limite de vomir sur le court. Mais j'y ai cru jusqu'au bout ." Voici en quelques mots le résumé du match de Marion Bartoli, visiblement pas dans son assiette, au 2e tour de Wimbledon. La N.1 française est allée au bout d'elle-même pour sauver trois balles de match face à l'Espagnole Lourdes Dominguez et atteindre le troisième tour de Wimbledon grâce à une victoire sur l'Espagnole (4-6, 7-5, 6-2).

La N.1 française a été très proche de la sortie lorsque son adversaire, 48e mondiale, s'est procurée deux balles de matches consécutives à 5-3, 15-40 au deuxième set, avant d'en obtenir une troisième au jeu suivant. "Je me suis accrochée, je n'ai jamais pensé à la défaite", a reconnu Bartoli qui a défendu au total 3 balles de match au courage, en prenant d'assaut le filet pour gagner les quatre derniers jeux du set et ensuite enfoncer le clou dans la troisième manche, pour prendre rendez-vous avec l'Italienne Flavia Pennetta, qualifiée la veille face à la russe Elena Rodina (6-4, 6-2).

Razzano sauve trois balles de match, mais pas quatre

L'Auvergnate a eu le mérite de s'imposer alors qu'elle était visiblement diminuée physiquement. Elle a demandé un temps mort médical dans le troisième set où elle a semblé se plaindre du ventre et de nausées. Une élimination à ce stade aurait constitué une terrible désillusion pour Bartoli, comme à l'Open d'Australie où elle a été éliminée à ce même stade de compétition face à la Russe Vesna Dolonts, ex-Manasieva (3-6, 6-3, 6-0). La Française était alors touchée au mollet droit. "Avoir réussi à renverser la situation dans les premiers tours à Roland-Garros m'a beaucoup aidée. Tout comme le fait d'avoir gagné à Eastbourne la semaine dernière après avoir défendu des balles de match. J'aurais été extrêmement déçue de m'arrêter là. J'avais déjà souffert de nausées contre Ivanovic à Indian Wells, c'était la même chose. Je pense que c'est dû à la fatigue."

AFP

Considérée comme l'une des principales outsideurs du tournoi où elle avait atteint la finale en 2007, la N.9 mondiale reste sur une victoire sur le gazon d'Eastbourne et une demi-finale à Roland-Garros, en pratiquant de son propre aveu le meilleur tennis de sa carrière. Elle a fait très forte impression lors de son premier tour, expédié 6-0, 6-2 face à la Tchèque Kristyna Pliskova mardi. Elle a été souvent méconnaissable trois jours plus tard dans un match qui avait été reporté la veille à cause des intempéries face à une adversaire limitée qui avait perdu au premier tour lors de ses trois précédentes participations à Wimbledon.

Mais la N.1 française a pu compter sur sa combativité pour assurer l'essentiel et continuer à défendre les couleurs françaises dans le tournoi féminin où elle reste la seule Tricolore en lice après l'élimination logique de Virginie Razzano par la N.1 mondiale Caroline Wozniacki (6-1, 6-3). Comme Bartoli, la Nîmoise a sauvé trois balles de match face à la Danoise, mais a fini par rendre les armes.

0 commentaire
Vous lisez :