Getty Images

Bagarre finale entre Evans (Ford) et Neuville (Hyundai), Tänak et Ogier (Ford) en embuscade

Bagarre finale entre Evans et Neuville, Tänak et Ogier en embuscade
Par AFP

Le 30/04/2017 à 13:19

RALLYE D'ARGENTINE - Elfyn Evans (Ford M-Sport) a bouclé l'étape 2 en leader, 11 secondes devant Thierry Neuville (Hyundai MST). Quant à Sébastien Ogier (Ford M-Sport), il a vécu une journée noire.

Le Rallye d'Argentine devrait se jouer dimanche entre le Britannique Elfyn Evans (Ford M-Sport), en tête depuis le début de l'épreuve, et le Belge Thierry Neuville (Hyundai MST), qui ne compte plus que 11 secondes de retard. L'Estonien Ott Tänak (Ford M-Sport), 3e à 27 secondes du leader, et le Français Sébastien Ogier (Ford M-Sport), 4e à 50 secondes, peuvent encore espérer, mais ce sera difficile de refaire leur retard, car il ne reste plus que trois spéciales à disputer.

Impressionnant vendredi, Elfyn Evans a démarré la journée de samedi en trombe, en signant le meilleur temps de l'ES10. Il a ensuite concédé du terrain face à ses poursuivants au fil de la journée. "Ça a été une après-midi frustrante. Bien sûr que je peux gagner. Je ne suis pas venu ici et fait tout ça pour me contenter d'une deuxième place. Si (Neuville) veut gagner, il va falloir qu'il se batte très dur".

Elfyn Evans (Ford M-Sport) au Rallye d'Argentine 2017

Elfyn Evans (Ford M-Sport) au Rallye d'Argentine 2017Getty Images

Si Evans, 28 ans, s'impose, ce sera sa première victoire en WRC. Déjà en 2015 (Meeke) et en 2016 (Paddon), le Rallye d'Argentine était synonyme de première victoire pour le Britannique et le Néo-Zélandais. Jusqu'ici, les meilleures performances d'Evans sont deux podiums en 2015 : en Argentine (3e) et en France (2e).

Crevaison, chien errant, ennuis mécaniques... Ogier a eu la totale

"La bataille va être difficile, a lancé le pilote belge, mais il semble que dans ces conditions de course compliquées, la voiture marche bien et j'espère en tirer parti. Nous avons un bon rythme. A quel point vais-je prendre des risques ? On verra".

Ott Tanak se rapproche également d'Evans et fait preuve d'optimisme. "On verra, nous avons au programme des spéciales très particulières, 30 secondes ce n'est pas grand chose. Je pense que c'est complètement ouvert", estime l'Estonien, pour l'instant sur le podium, avec plus de 20 secondes d'avance sur Ogier.

Le quadruple champion du monde et leader du championnat était déçu samedi soir. Il a crevé, failli terminer dans le décor à cause d'un chien qui traversait la piste, connu des ennuis mécaniques. "Une mauvaise journée pour nous, mais c'est la vie. On a accumulé les petits problèmes. Bon, je suis content de terminer et de rentrer au garage. Il va y avoir des spéciales difficiles, et beaucoup de choses peuvent arriver, mais plus que jamais, j'espère retrouver de bonnes sensations car (samedi), rien ne marchait".

Un cinquième vainqueur différent ?

Sébastien Ogier a gagné tous les rallyes du calendrier WRC, mais le seul qui manque à son palmarès est celui d'Argentine, où il a terminé 2e à trois reprises: 2013, 2014, 2016.

Deuxième samedi matin, le Norvégien Mads Ostberg est parti à la faute samedi après-midi. Il est relégué à la 11e place, à 14 minutes. Après une sortie de piste vendredi, réparation et diverses pénalités, le Britannique de Citroën, Kris Meeke, est reparti samedi et a remporté deux spéciales.

Après quatre vainqueurs différents lors des quatre premiers rallyes (Ogier au Monte-Carlo, Latvala en Suède, Meeke au Mexique, Neuville en Corse), l'Argentine couronnera-elle un 5e pilote ? Réponse dimanche, sur les pistes escarpées de la Sierra de Cordoba, où les pilotes se mesureront sur une cinquantaines de km (ES16-ES18).

0
0