AFP

2e journée: Neuville domine, Ogier peine

Ogier à la peine
Par AFP

Le 10/02/2017 à 19:44Mis à jour Le 10/02/2017 à 20:18

Le Belge Thierry Neuville (Hyundai) a dominé vendredi la deuxième journée du Rallye de Suède, 2e manche du Championnat du monde, tandis que le Français Sébastien Ogier peinait avec une 5e place.

Tout roule pour Thierry Neuville (Hyundai). Dans des conditions beaucoup plus favorables qu'en 2016, avec la couche de neige qui fait tout l'intérêt de cette épreuve, la journée a vu briller le vice-champion du monde. Le duel avec le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota) a été acharné jusqu'à la pause du midi. Mais ensuite, la course a complètement tourné en faveur de Neuville, vainqueur de cinq des huit premières spéciales de ce rallye.

Sur des routes majoritairement norvégiennes, le Belge a pris une avance de 28 secondes au classement général. "J'essaie de ne pas freiner trop fort, j'essaie d'être fluide, je joue beaucoup avec l'accélérateur en fin de virage pour ne pas trop patiner. Et je pense que c'est là que j'ai pu faire l'écart", a-t-il dit. Il a fini sa journée avec une deuxième place dans la spéciale de Torsby, dont il ne se disait même pas satisfait.

Ogier n'a "plus les mêmes repères"

"Étape très piégeuse dans le noir et ma porte n'arrêtait pas de s'ouvrir vers la fin donc j'ai perdu un petit peu de temps", a-t-il écrit sur Twitter. Latvala reconnaissait, lui, qu'il allait être difficile d'aller le chercher. "Dans un rallye rapide comme celui-là, plus de 20 secondes, c'est vraiment beaucoup. Tout dépend des conditions. On verra demain (samedi) ce qu'il en sera, parce que s'il neige, c'est toujours plus difficile", a-t-il expliqué.

Derrière, Ogier a été relégué à plus de 55 secondes. Premier à s'élancer, il trouvait l'adhérence insuffisante dans la matinée. "Il manque du grip en partant devant. Mais Jari-Matti est allé très vite le matin avec une position pas très différente de la nôtre, juste derrière nous. Donc ça prouve qu'il y a moyen d'aller un peu plus vite", disait-il à la mi-journée. Hélas pour Ogier, ça ne s'est pas vraiment arrangé dans l'après-midi. Lors de chaque spéciale ou presque, les deux pilotes de tête s'éloignaient. Et, dans la dernière spéciale de la journée, c'était de la neige fraîchement tombée qu'il se plaignait.

Avec des voitures plus larges et des moteurs plus puissants cette année, "il y a des moments où ça va très vite. C'est clair que ça change, ce n'est plus les mêmes repères", commentait le champion du monde. Samedi, sept spéciales sont au programme, d'abord sur une boucle que les concurrents doivent parcourir deux fois (ES9-ES11 puis ES12-ES14), puis avec une super spéciale à l'hippodrome de Karlstad dans la soirée (ES15). "Jari va essayer de pousser", prédisait Neuville. "On a dû faire quelques ajustements et on va encore essayer d'en faire, pour progresser et creuser l'écart peut-être un peu plus". "Tout peut arriver à tout moment, la route évolue tellement après chaque voiture qu'il peut y avoir des pierres (...) donc on peut vite crever ou abandonner", selon le Belge.

0
0