Panoramic

L'armada VW disparue et ses pilotes éparpillés, le suspense pour le titre est de retour

L'armada VW disparue et ses pilotes éparpillés, le suspense pour le titre est de retour

Le 19/01/2017 à 15:42Mis à jour Le 19/01/2017 à 16:02

WRC 2017 - Volkswagen ayant déserté les routes du Mondial, on a assisté cet hiver à une redistribution des cartes prometteuses pour le titre.

Ford WRT (Fiesta RS)

Pris de court par le retrait de Volkswagen, Sébastien Ogier a rejoint l'équipe de l'Anglais Malcolm Wilson pour 2017, avec l'idée de ne faire qu'une saison dans cette équipe semi-officielle avant de rejoint un team d'usine en 2018. Le quadruple champion du monde français a tranché en faveur de M-Sport après avoir également testé la Toyota Yaris.

L'Estonien Ott Tänak-Raigo Molder sera l'autre pilote régulier de l'équipe alors que le Britannique Elfyn Evans fait son retour dans la catégorie après un passage en WRC2.

Hyundai Motorsport (Hyundai i20)

C'est l'année ou jamais pour Thierry Neuville : suite au départ de VW, le Belge est sûrement le plus le mieux armé pour viser le titre face à Sébastien Ogier et sa Fiesta semi-privée.

Le constructeur sud-coréen, qui a un autre atout dans la course à la couronne Pilotes avec le Néo-Zélandais Hayden Paddon, est le favori logique pour le titre Constructeurs étant donné que Citroën effectue son retour et que Toyota revient au WRC après une longue absence. Et puis, il peut compter sur l'ESpagnol Dani Sordo sur l'asphalte, un plus incontestable quand on sait que les deux voitures les mieux classées seront retenues pour les points Constructeurs.

Citroën WRT (Citroën C3)

La firme de Satory avait rempli ses baquets quand Sébastien Ogier s'est brutalement retrouvé sur le marché. Elle avait confirmé le Britannique Kris Meeke comme son fer de lance et choisi Stéphane Lefebvre pour le seconder la plupart du temps. Craig Breen sera aussi au volant de la troisième C3 cette saison.

Le Double chevron rêve de retrouver une gloire pas si lointaine mais Meeke n'a jamais montré la régularité requise pour tenir tout un championnat et le retour à l'ordre de départ claqué sur le classement du Mondial pour la seule première journée ne l'avantage pas.

Toyota WRC (Toyota Yaris)

Le constructeur japonais redécouvre le WRC après 18 ans passés sur d'autres fronts, notamment la Formule 1 et l'Endurance. Le quadruple champion du monde Tommi Mäkinen est à la tête d'une équipe qui repart de zéro mais qui bénéficie de l'arrivée de dernière minute de l'expérimenté finlandais Jari-Matti Latvala, ex-VW, à côté de compatriote Juho Hanninen, récompensé à 35 ans pour son rôle d'essayeur et de développeur.

0
0