Pas de neuvième titre de champion de France en salle à la perche pour Renaud Lavillenie mais un premier sacre pour... Valentin Lavillenie: dimanche à Miramas, le cadet est sorti de l'ombre de son géant de frère et a pour une fois pris la lumière.

Le contraste était saisissant à la fin du concours entre Renaud, battu et manifestement furieux au moment de ranger ses perches dans leur étui, et Valentin, tombé à la renverse sur la piste avant d'éclater en sanglots quand le jeune Ethan Cormont, finalement 2e, a manqué son dernier essai à 5,82m.

Athlétisme
Le plan pour réintégrer la Russie dans l'athlétisme mondial félicité par Coe
IL Y A 11 HEURES

"C'est un premier titre et je suis très, très heureux. Je suis fier de moi parce que je gagne en répondant à la bagarre. J'ai déconnecté le cerveau et posé les couilles", a résumé le cadet des Lavillenie, 29 ans et un titre aux Jeux de la Francophonie comme plus belle ligne au palmarès.

"Je pense que ça peut débloquer des choses. Derrière 5,77m, je ne suis pas ridicule à 82. C'est peut-être l'élément qui me manquait. C'est un vrai titre, tout le monde était là et j'ai gagné. Point", a-t-il aussi lâché, comme pour rappeler qu'un titre obtenu devant son grand frère valait sans doute un peu plus qu'un autre.

Resté loin des 6m qu'il a retrouvés cet hiver, le champion olympique 2012 expliquait lui sa 3e place (5,66m) par un mauvais choix de perches. "C'est frustrant. J'aurais dû prendre des perches plus grosses, que je n'ai pas prises depuis cinq ans. C'est la complexité de la perche. Je suis trop en forme pour les perches que j'avais aujourd'hui", a-t-il déclaré.

Renaud Lavillenie a passé 5,82 m à Doha

Crédit: Getty Images

"Le but c'est d'être fort à Torun (les championnats d'Europe, du 5 au 7 mars). Je vais adapter mon étui et mettre les perches qu'il faut. Et ces perches-là, je ne faisais pas 5,80m quand je les prenais", a-t-il ajouté, avant de parler du titre de son frère. "Ca fait plaisir pour lui, il a été bon. Mais je ne me console pas en me disant que ça reste dans la famille. En compétition, c'est chacun pour soi. C'est bien pour lui, il a fait ce qu'il fallait. Moi j'ai fait de la merde totale", a-t-il dit.

Mayer frustré

Outre le duel entre les Lavillenie, la journée de dimanche a été marquée par la victoire sur 60m haies de Wilhem Belocian, auteur d'une finale très propre, courue en 7"46, record des championnats de France, à un centième de seconde de son record personnel.

"L'objectif était de mettre les choses en place pour les 'Europe'. Je suis super content du chrono, même si ça aurait été bien de battre mon record. C'est de bon augure pour la suite", a-t-il dit. Toujours sur 60m haies, le recordman du monde du décathlon Kevin Mayer, qui était venu se frotter aux spécialistes, avait quant à lui été éliminé dès les premières foulées de sa série. "Je suis frustré comme jamais. J'étais venu pour me faire plaisir, juste pour ça, pour une épreuve, ce qui n'est déjà pas 'ouf' pour un décathlonien. Alors ne pas passer une seule haie...", a déclaré Mayer, qui s'est toutefois dit "en super forme".

Kevin Mayer

Crédit: Getty Images

Sur 1500m, l'une des épreuves les plus relevées du week-end, c'est Djilali Bedrani qui s'est imposé d'extrême justesse en 3 min 40 sec 27/100 devant Azeddine Habz et Baptiste Mischler. "C'est une piste qui me porte chance, c'est ma troisième médaille ici. Je suis satisfait d'aller chercher le titre sur cette distance qui n'est pas la mienne", a expliqué celui avait déjà été champion de France du 3000m et vice-champion de France du 1500m en 2019 à Miramas, et qui devrait se concentrer sur le 3000m aux Championnats d'Europe.

Enfin, à Salon-de-Provence, à quelques kilomètres de Miramas, Alexandra Tavernier a battu son propre record de France du lancer du marteau avec 75,38m, contre 75,23m, lors des championnats de France de lancers longs.

Athlétisme
Lavillenie : "J'avais un duel à distance avec Duplantis, j'avais à coeur de rebondir"
27/02/2021 À 19:19
Athlétisme
Lavillenie passe 6,06m, une première depuis 2014
27/02/2021 À 19:16