Getty Images

L'ombre du dopage resurgit sur Justin Gatlin

L'ombre du dopage resurgit sur Gatlin

Le 18/12/2017 à 23:54Mis à jour Le 19/12/2017 à 11:14

Justin Gatlin avait-il stoppé l'utilisation de produits dopants ? Rien n'est moins sûr depuis que des journalistes du Telegraph ont piégé deux personnes importantes de son entourage, Dennis Mitchell et Robert Wagner.

The Telegraph figure au rang des médias les plus sérieux en Grande-Bretagne et ses enquêtes sont des plus minutieuses. Celle que la publication a menée cet été à propos des pratiques de l'entourage de Justin Gatlin, convaincu de dopage et suspendu pour cela en 2001 et 2006 avant de revenir par la grande porte avec son titre mondial sur 100m cet été, promettent de faire de nouveau trembler le monde de l'athlétisme et du sport en général. En effet, il apparaît que l'Américain âgé de 35 ans n'aurait peut-être jamais cessé d'utiliser des produits interdits.

En juillet dernier, des journalistes d'investigations se sont présentés au centre d'entraînement de Justin Gatlin, en Floride, où ils ont rencontré Dennis Mitchell, ex-champion olympique et coach de l'Américain, et Robert Wagner, un agent d'athlètes. Ils leur ont expliqué qu'ils cherchaient un traitement pour aider un acteur à préparer un film. On leur a proposé une formule à base de testostérone et d'hormones de croissance via un médecin en Autriche, pour la somme de 250 000 dollars.

Une enquête officielle ouverte

Surtout, les journalistes du Telegraph ont pu enregistrer en caméra cachée Dennis Mitchell et Robert Wagner affirmant que l'usage des produits prohibés étaient toujours en vigueur dans l'athlétisme, et comment il était possible d'éviter les contrôles positifs. Robert Wagner a même attesté que Justin Gatlin avait boosté ses performances avec des produits illégaux.

Ces révélations répandues comme une traînée de poudre, Justin Gatlin a fait diffuser lundi un communiqué niant tout usage de produits dopants et ses avocats ont indiqué que Dennis Mitchell avait été licencié. Renaldo Nehemiah, agent de Gatlin depuis 14 ans, a de son côté réduit le rôle de Robert Wagner à deux ou trois entrevues, assurant que le sprinter n'avait assisté aux discussions à propos des substances ni avec son coach ni avec l'agent.

Désormais, les éléments sont en possession de l'Athletics Integrity Unit, une nouvelle entité de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), et de l'Agence antidopage américaine, qui ont officiellement ouvert une enquête. "Ces allegations sont extrêmement graves et je sais que l'Athletics Integrity Unit va enquêter conformément à son mandat", a déclaré Sebastian Coe, le président de l'IAAF.

0
0