Panoramic

Lavillenie a bien digéré Pékin : il se console avec une 6e Ligue de diamant

Lavillenie a bien digéré Pékin : il se console avec une 6e Ligue de diamant
Par AFP

Le 11/09/2015 à 23:27Mis à jour Le 12/09/2015 à 00:19

LIGUE DE DIAMANT - Deux semaines après sa médaille de bronze aux Mondiaux de Pékin, Renaud Lavillenie a remis les pendules à l'heure. A Bruxelles, le Français a dompté ceux qui l'avaient battu en Chine. Mais surtout, il a conquis sa 6e Ligue de diamant. Un record.

Un saut à 5,95 m. Et une sixième Ligue de diamant en autant d'éditions. Vendredi soir, à Bruxelles, Renaud Lavillenie a marqué un peu plus encore son empreinte sur le saut à la perche. Et sur l'athlétisme tout court. Six Ligues de diamant en autant d'éditions, on n'avait encore jamais vu ça.

Oubliée, donc, la déception des derniers Mondiaux. Effacée la médaille de bronze à Pékin, alors qu'il y visait l'or. Le recordman du monde (6,16 m) a remis les pendules à l'heure. En franchissant une barre 5,95 m. Puis en échouant par deux fois à 6 m. Lavillenie a devancé le jeune Canadien Shawn Barber (5,85 m), champion du monde en Chine, et le Grec Konstantinos Filippidis (5,80 m), qui pouvait encore le devancer pour le classement final.

Barber, 21 ans, a aussi tenté 6 m. Mais il n'a eu droit qu'à une seule tentative après avoir échoué à 5,90 m (une fois), puis à 5,95 m (une fois également). Lors du second essai réussi à 5,90 m, Lavillenie avait affiché toute sa colère et sa libération mêlées envers le juge qui lui avait refusé le premier, la barre étant tombée avec retard. Lavillenie, qui a empoché 40.000 dollars, conduira l'équipe de France lors du DécaNation dimanche après-midi à Paris.

Schippers s'offre Felix

De son côté, la Néerlandaise Dafne Schippers a remporté face à l'Américaine Allyson Felix le 200 m. Plus que le chrono (22"12 contre 22"22), qui dit les limites des cracks du tartan en fin de saison, Schippers a retenu le symbole de ce premier succès sur la Californienne. "Battre la championne olympique, je ne savais pas combien c'était bon. J'étais mentalement fatiguée après mes huit courses aux Mondiaux", a déclaré la nouvelle championne du monde de la distance.

"Mais j'ai senti que je pouvais encore accélérer à la sortie du virage", a ajouté l'ex-heptathlète, titrée en 21"63 à Pékin. "Le finish n'était pas là ce soir. Heureusement que je vais travailler la vitesse à nouveau l'an prochain", a souligné la triple championne du monde (2005/2007/2009) défaite. Felix avait délaissé sa course de prédilection à Pékin pour se consacrer au 400 m, qu'elle avait dominé. A Bruxelles, la Jamaïcaine Elaine Thompson, 23 ans comme Schippers et sa dauphine à Pékin (22"66), a justifié son nouveau statut en signant 22"26. "Il y a des nouveaux talents qui s'imposent sur 200 m et c'est excitant car ce n'est pas toujours que le 200 m est sous les feux de la rampe".

Effectivement, en l'absence d'Usain Bolt, le 100 m messieurs a été éclipsé par le demi-tour de piste au féminin. Vainqueur au forceps en 9"98, l'Américain Justin Gatlin, fatigué, a d'ailleurs renoncé au 200m. La Tunisienne Habiba Ghribi avait aussi une revanche à prendre. Elle avait remportée la médaille d'argent du 3000 m steeple dans la capitale chinoise, mais surtout perdu l'or au sprint face à la Kényane Hyvin Kiyeng. Ghribi, qui s'entraîne en France, a pris cette fois ses responsabilités à quelque 600 m de la fin. En 9'05"36, et en laissant derrière elle Kiyeng (9'10"15), elle est devenue la troisième performeuse de l'histoire derrière les Russes Gulnara Galkina (8'58"81) et Yuliya Zaripova (9'05"02).