Sdiri : "Pas stressé"

Sdiri : "Pas stressé"
Par AFP

Le 07/03/2008 à 08:41Mis à jour

Salim Sdiri, qui débute son concours de la longueur à 12h15, considère sa participation aux Mondiaux de Valence comme l'une "des dernières étapes" de son retour au plus haut niveau, près de huit mois après son grave accident à Rome.

SALIM SDIRI, comment abordez-vous cette deuxième compétition depuis votre accident, après les Championnats de France mi-février?

S.D. : "Je ne suis pas stressé. Je ne me prends pas la tête. J'avais un peu plus la trouille aux Championnats de France qu'ici, car je n'avais aucun repère. Je ne savais pas où j'allais. C'était la première fois que je remettais les pointes en compétition depuis mon accident. Là, je suis totalement relâché. Je ne me préoccupe pas trop de l'actualité des autres sauteurs et j'ai appris seulement hier (mercredi) le forfait de Saladino (champion du monde en plein air). Le reste va suivre si je me sens bien. Si je suis à mon niveau, je m'en fous d'être 10e ou d'être sur le podium!"

Que représentent ces Mondiaux sur la route du retour au plus haut niveau?

S.D. :"C'est une des dernières étapes. La première, c'était les Championnats de France (2e avec 7,98 m). La deuxième, c'est ici. Je retrouve le contexte international. Il en reste une pour la compétition en plein air, car le contexte n'est pas le même."

Avez-vous justement préféré revenir en salle, car il n'y a pas de lancers longs?

S.D. :"Je pense que c'est pas mal qu'il n'y ait pas de javelot à côté. J'ai appris que sur tout le circuit Golden League, il y aurait de la longueur et du javelot. On va voir s'ils seront suffisamment intelligents pour séparer les deux. De toute façon, s'il y a du javelot, je ne pourrai pas sauter, même si le sautoir est à l'extérieur (de la piste). Aux Jeux, ce sera pareil."

0
0