Mo Farah continue d’entretenir sa légende. Grand favori à sa propre succession sur le dernier 10 000 mètres de sa carrière aux Championnats du monde, le Britannique a ajouté un sixième titre mondial à son immense palmarès et une nouvelle fois montré sa suprématie sur le demi-fond. Titré pour la troisième fois de sa vie sur le 10000 mètres, Farah a débuté ses Mondiaux de la meilleure des manières devant son public.

Mondiaux
Une chute à moto, un genou abîmé, des blessures en cascade : Lavillenie revient de nulle part
14/08/2017 À 20:46

Avant d’aborder le 5000 mètres le samedi 12 août prochain, le sujet de sa Majesté a ajouté un dixième succès consécutif à son compteur sur les grands rendez-vous en demi-fond. Pour trouver trace de sa dernière défaite, il faut donc remonter au 10000m de l’édition 2011 des Championnat du monde disputée à Daegu. Débutée à Londres lors des Jeux Olympiques 2012, sa série de succès consécutifs sera l’un des enjeux de la suite de ces Mondiaux londoniens.

Un chrono canon pour Farah

Jamais inquiété lors de cette finale du 10000m, Farah a fait du Farah. Au chaud pendant les trois-quarts de la course, il est sorti du bois à deux tours de l’arrivée et répondu aux accélérations successives de ses adversaires. C’est en prenant les commandes de la course à un tour du terme qu’il s’est fait la plus grosse frayeur en manquant de se faire tomber. Une frayeur sans lendemain.

En plaçant son coup de rein habituel après le dernier virage, le Britannique a laissé ses adversaires derrière pour de bon. Sur la ligne, il a claqué un chrono canon sous les 27 minutes (en 26'49"51), son meilleur sur la distance lors des Mondiaux, à trois secondes du record des Championnats de Kenenisa Bekele (26'46"31 à Berlin 2009). Il est également passé à trois petites secondes de son record personnel qu'il avait claqué à Eugene aux Etats-Unis le 3 juin 2011 (26'46"57).

Auteur d’une fabuleuse accélération lors de la dernière ligne droite, l’Ougandais Joshua Kiprui Cheptegei est lui allé chiper la médaille d’argent au duo kenyan Paul Kipngetich Tanui, médaillé d’argent à Rio, qui a finalement récupéré le bronze, et Bedan Karori Muchiri, qui a pris une frustrante 4e place. C'est pourtant les deux Kenyans et leur compatriote Geoffrey Kipsang Kamworor qui avaient durci le ton. Un coup pour rien face au roi.

Grâce à un dernier tour maîtrisé, Farah a dégoûté la concurrence sur le 10000m

Mondiaux
L'exploit, la déception, la sensation… : nos mentions des Mondiaux
14/08/2017 À 10:30