Obi Igbokwe, médaillé d'or du relais 4x400 m aux Mondiaux 2019 de Doha, a été suspendu pour 30 mois pour usage de stéroïdes anabolisants. L'athlète de 24 ans, qui avait couru les qualifications mais pas la finale de ces championnats du monde, ne pourra participer aux sélections pour les Jeux Olympiques de Tokyo cet été (23 juillet-8 août) et manquera également les Mondiaux-2022 de Eugene (Oregon).
"Igbokwe a accepté sa suspension de 30 mois pour une violation des règles antidopage. Il a été testé positif à la déhydrochlorméthyltestostérone (DHCMT) et/ou d'autres stéroïdes anabolisants apparentés, détectés par le biais d'un échantillon d'urine hors compétition, prélevé le 26 mai 2020", indique le communiqué de l'instance. "Le DHCMT et tous les stéroïdes anabolisants sont des substances interdites en vertu des protocoles de l'Usada, des règlements en matière d'antidopage du Comité olympique et paralympique américain (USOPC) et de la Fédération internationale d'athlétisme qui ont tous adopté le Code mondial antidopage", est-il rappelé.
"Après avoir examiné le dossier, y compris l'aide substantielle fournie par Igbokwe, l'Usada a déterminé qu'une sanction de 30 mois était appropriée. La période de suspension d'Igbokwe a commencé le 26 mai 2020, date à laquelle son échantillon positif a été prélevé", explique enfin l'antidopage américain, précisant que tous les résultats de l'athlète depuis cette date ont été invalidés.
Les Grands Récits
Jones - Montgomery, le faux couple le plus rapide du monde
27/09/2022 À 22:25
Athlétisme
Christine Arron sur sa grossesse : "Tout le monde m'a dit que j'allais gâcher ma carrière"
23/09/2022 À 12:28
Athlétisme
Mayer : "Pour être honnête, je n'aurais pas misé sur moi"
21/09/2022 À 13:21