A Eugene, Lavillenie est dans son jardin ou presque, au point d'endosser la tenue verte et jaune de l'Université de l'Oregon, pour le plus grand plaisir du public local. Le roi incontesté du saut à la perche n'a pas manqué son rendez-vous et a signé sa quatrième victoire à Eugene avec un bond à 5,81 m.
Il a surtout devancé ses grands rivaux, le Canadien Shawn Barber qui a passé 5,81 m à sa deuxième tentative, et l'Américain Sam Kendricks qui l'avait battu à Pékin le 14 mai et qui reste en tête du bilan mondial de l'année avec ses 5,92 m réussis dans la capitale chinoise. "C'est toujours important de remontrer à mes adversaires que je suis toujours là et de marquer son territoire (...) Ce n'était pas forcément la performance que j'espérais, mais un concours comme celui-là est important, car quasiment les plus dangereux (pour Rio) sont là. Maintenant, Rio est encore dans un moment...", a rappelé le détenteur du record du monde (6,16 m).
Tokyo 2020
Les Etats-Unis renoncent à un camp d'entraînement près de Tokyo
13/05/2021 À 06:57

Harrison à 0"03 de Donkova

Le très attendu 100 m a été remporté par Justin Gatlin: le vice-champion du monde 2015 du 100 m s'est imposé en 9"88, reléguant le Jamaïcain Asafa Powell à 0"06 (9"94) et son compatriote Tyson Gay à 0"10 (9.98), tandis que le Qatariote Femi Ogunode s'est classé 5e (10"02). Seule petite contrariété pour Gatlin, le vent, mesuré à +2,6 m/s au moment de ce 100 m très attendu, l'a privé de la meilleure performance mondiale de l'année qui reste la propriété d'Ogunode (9"91).

L'éclair Harrison et la bataille du 100 mètres hommes : le résumé vidéo du meeting d'Eugene

Mais le sprinteur américain s'est fait voler la vedette par sa compatriote Kendra Harrison qui a réalisé "LA" performance de la quatrième étape de la Ligue de diamant, voire de la première partie de la saison avec son hallucinant chrono de 12"24. Arrivée dans l'Oregon avec le meilleur chrono de l'année (12"36), elle a fait trembler le "vieux" record du monde de la Bulgare Yordanka Donkova (12"21) datant d'août 1988. "Je ne m'attendais pas à réaliser un tel chrono, je ne me suis pas sentie aller très vite, j'ai juste senti que j'étais relachée", a souligné Harrison, dont le titre de gloire jusque là était sa 2e place aux Championnats des Etats-Unis 2015.

Tamgho fataliste

A un mois de leurs sélections olympiques qui auront lieu sur cette même piste du Hayward Field début juillet, les athlètes américains sont en forme à l'image du champion olympique 2012 Christian Taylor qui a survolé le concours de triple saut avec ses 17,76 m, meilleure performance mondiale de l'année. Déjà en tête du bilan annuel du 100 m (10"80), Tori Bowie a de son côté devancé la Néerlandaise Dafne Schippers, championne du monde en titre de la spécialité, sur 200 m avec la MPMP à la clef (21"99).
Huit MPM ont été établies sur deux jours avec notamment l'époustouflant 3000 m steeple de la Bahreïnie Ruth Jebet qui est devenue à 19 ans la deuxième athlète de l'histoire à passer sous les neuf minutes, en 8'59"97 à un peu plus d'une seconde du record du monde de la Russe Gulnara Galkina (8'58"81) datant de 2008. En revanche, le rendez-vous d'Eugene n'a pas souri à Pascal Martinot-Lagarde, gêné par une lombalgie et seulement 6e du 110 m haies avec ses 13"55, loin des minima olympiques.
Le champion du monde 2013 du triple saut Teddy Tamgho a pris un coup au moral avec ses 16,51 m (6e), loin du podium et surtout du visa olympique (16,95 m). "Je ne suis pas inquiet, dans le sens qu'arrivera ce qui arrivera. Si les minimas tombent, tant mieux, si non, tant pis", a-t-il constaté, fataliste.
Tokyo 2020
De la NFL au 100m des JO : analyse de l’ambitieux projet de DK Metcalf
10/05/2021 À 22:08
Tokyo 2020
Bleus : Mission Tokyo réussie pour deux relais sur trois à Chorzow
01/05/2021 À 22:07