Getty Images

"J'aimerais vraiment qu'ils reportent les Jeux" : l'appel de Mayer

"J'aimerais vraiment qu'ils reportent les Jeux" : l'appel de Mayer
Par AFP

Le 16/03/2020 à 19:55Mis à jour Le 16/03/2020 à 20:38

JO 2020 - Le recordman du monde du décathlon Kévin Mayer est favorable au report des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo (24 juillet - 9 août) en raison de la pandémie de coronavirus, a-t-il indiqué dans un entretien au quotidien L'Equipe à paraître mardi.

Le recordman du monde du décathlon Kévin Mayer veut que les prochains Jeux Olympiques 2020 de Tokyo (24 juillet - 9 août) soient reportés en raison du coronavirus. "J'aimerais vraiment qu'ils reportent les Jeux, qu'ils ne les annulent pas. Je crois que c'est ce qu'ils veulent faire avec l'Euro de foot", a expliqué Mayer au quotidien sportif français.

"Je n'ai pas les informations et les connaissances médicales nécessaires. Mais je suis très matheux et d'après les graphiques que je vois, la pandémie est loin d'avoir atteint son pic et je ne vois pas comment on pourrait en être totalement sorti d'ici juillet", a-t-il poursuivi. "Cela pose évidemment un problème d'équité sportive entre ceux qui ont ou auront eu accès à un entraînement normal et à des compétitions", a souligné le champion du monde 2017.

"Je ne préfère pas me faire de faux espoirs"

Mayer, 28 ans, doit encore décrocher sa qualification pour les JO 2020 après son abandon sur blessure lors des Championnats du monde 2019 de Doha. Mais ses conditions d'entraînement vont se dégrader avec la fermeture attendu mardi du CREPS de Montpellier, et il ne sait pas encore où il pourra s'aligner en compétition pour tenter d'obtenir sa qualification pour Tokyo.

Kevin Mayer, Doha 2019

Kevin Mayer, Doha 2019Getty Images

"Mon principe du moment, c'est : je m'entraîne comme je peux, même si je n'ai pas de compétition définie devant moi et je serai content quand il y en aura une. Mais je ne préfère pas me faire de faux espoirs pour les Jeux", a-t-il admis. Alors que plus de 169 710 cas d'infection et 6 640 morts sont dénombrés lundi dans 142 pays à travers le monde, Mayer reconnait que les JO et plus largement le sport sont désormais passés au second plan pour lui.

"Les événements sportifs, ils ont énormément de valeur quand tout va bien, mais, face à une pandémie, ils n'en ont plus trop. Les gens n'ont plus l'esprit à ça. En tous cas, moi, je ne l'ai pas", a-t-il conclu.