Imago

L’ASVEL étouffe Cholet

L’ASVEL étouffe Cholet
Par Eurosport

Le 17/05/2008 à 23:36Mis à jour

L'Asvel s'est imposé en finale de la Coupe de France (86-76) aux dépens de Cholet. C'est le premier titre de Villeurbanne depuis 2002 et leur succès en championnat. Les joueurs d'Yves Baratet vont pouvoir aborder de la meilleure des façons les playoffs de

"A chaque fois, que nous nous sommes imposés, nous avons réussi à contenir leur attaque." Après déjà trois rencontres face à Cholet cette saison (deux victoires en championnat pour Villeurbanne, un succès pour Cholet en demi-finale de la Semaine des As), Yves Baratet le savait. Toute la semaine, il n'avait cessé de pointer du doigt la clef de la rencontre. Pour lui, la rigueur défensive de son équipe allait décider du sort de cette finale de Coupe de France. Il ne s'était pas trompé. Et ses joueurs l'ont écouté. Dimanche, l'ASVEL a su contrarier les plans de l'équipe des Mauges en attaque pour mettre un terme à la terrible série noire qui frappait le club depuis 2002. Date du dernier titre décroché par une équipe pourtant habituée aux trophées nationaux (25).

Mais voilà, il était écrit que la traversée du désert villeurbannaise devait se terminer à Bercy. Et après six ans de disette, l'ASVEL a enfin trouvé les moyens d'accrocher un nouveau fanion dans sa salle. Elle peut d'ailleurs remercier sa doublette Nsonwu-Conley. Avec 25 points et 12 rebonds, le musculeux pivot, limité par les fautes à la fin, a fait le ménage et a montré la voie à suivre. Alors que l'arrière US, élu MVP de la finale, a offert sa meilleure facette au public parisien (30 pts, 9 rbds). "C'est vraiment une très belle chose pour nous. Depuis le temps que l'on attendait ça. Les performances de Conley et Nsonwu sont aussi une consécration par rapport à ce que l'on voulait faire à l'intersaison en apportant de la puissance à l'intérieur et de l'agressivité avec Conley", avoue Baratet qui n'oublie pas que ce succès s'est surtout construit collectivement. Car malgré un passage à vide au deuxième quart, la troupe de Foirest, qui remporte sa première Coupe de France, a livré un beau récital. Et notamment en défense.

Nsonwu impérial dans la raquette

Dès le début du match, l'ASVEL a donné le ton. La Maison Verte étouffe littéralement Cholet sur les premières actions de la rencontre. Nando De Colo est complètement muselé. Claude Marquis dépassé dans la raquette. Sans ses leaders tricolores, le CB bafouille son basket. Baratet est pour l'instant comblé. Surtout que de l'autre côté du parquet, Nsonwu, qui inscrit 9 points au premier quart-temps, fait des ravages dans la peinture. A tel point que Marquis, auteur de deux fautes en trois minutes, est obligé de retourner sur le banc. Dominateur sous les paniers, Villeurbanne prend logiquement la direction des opérations (27-17, 10e). Grâce à sa défense…

La donne va un peu évoluer au début du deuxième quart. L'ASVEL est alors moins agressive en défense. Cholet n'en demande pas tant. Et revient dans le match grâce au réveil de l'inévitable Nando De Colo. Après avoir attendu neuf minutes pour inscrire son premier panier du match, le MVP français de la saison régulière trouve enfin son rythme et démontre l'étendue de ses qualités avec sept points en trois minutes pour permettre à Cholet de revenir à égalité (27-27, 13e). Ce sursaut d'orgueil choletais ne va toutefois pas durer. Le temps du deuxième quart-temps en fait. Car dès le retour des vestiaires, Villeurbanne reprend ses bonnes habitudes.

Remis dans le droit chemin par Baratet, l'ASVEL ferme de nouveau sa raquette. Cholet ne trouve plus le chemin du panier. La troisième puis la quatrième de Claude Marquis n'arrange rien. Résultat : la formation d'Aymeric Jeanneau, dans le sillage de Nsonwu et Conley, s'envole avec un terrible 14-4 en six minutes (58-46, 26e). Cholet est KO debout. Les efforts de De Colo sont vains. Surtout qu'en face, Robert Conley est, lui, sur un nuage. Habituellement critiqué pour sa tendance à jouer trop personnel, il met tout le monde d'accord grâce à une réussite insolente (68-60, 30e). Cholet ne reviendra pas et ne fera pas un beau doublé Semaine des As-Coupe de France. A quelques jours des playoffs, l'ASVEL a, elle, donné rendez-vous. Il a de fortes chances que cette équipe, désormais qualifiée pour la Coupe ULEB, revienne à Bercy dans trois semaines… "J'espère que ce n'est que le début. C'est peut être parti pour être quelque chose de grand" , glisse d'ailleurs Baratet…

Villeurbanne bat Cholet 86 à 76

Villeurbanne: 30 paniers (dont 7 sur 17 à trois points) sur 70 tirs (43%) - 19 LF sur 25 - 48 rebonds (Nsonwu-Amadi 12) - 14 passes (Sangare et Foirest 4) - 12 balles perdues - 25 fautes personnelles - Joueur sorti pour cinq fautes: Conley (35e)

Marqueurs: Nsonwu-Amadi (25), Diakite (0), Cakarevic (5), Wilson (2), Foirest (9), Troutman (7), Jeanneau (3), Conley (30), Sangare (5)

Cholet: 26 paniers (dont 9 sur 20 à trois points) sur 62 tirs (42%) - 15 LF sur 20 - 32 rebonds (Dobbins 7) - 14 passes (Beaubois 4) - 13 balles perdues - 24 fautes personnelles - Joueur sorti pour cinq fautes: De Colo (39e)

Marqueurs: Wiggins (7), Dobbins (9), Doellman (11), Bendriss (1), Tchicamboud (6), De Colo (23), Marquis (10), Beaubois (9), Golson (0)

0
0