Imago

Les Bleus sans Diaw ?

Les Bleus sans Diaw ?
Par Eurosport

Le 24/07/2007 à 16:00Mis à jour

Sans une assurance exigée par les Phoenix Suns, Boris Diaw n'est pas autorisé à jouer avec l'équipe de France. Le capitaine des Bleus sera-t-il forfait pour l'Euro ? Le président de la FFBB, Yvan Mainini, espère trouver une solution. Mais le dossier est c

Après le doigt de Tony Parker lors du Mondial l'été dernier, c'est le dos de Boris Diaw qui fait parler de lui et pourrait handicaper l'équipe de France lors du prochain Euro qui débutera en septembre prochain en Espagne. Pourtant, le joueur se porte bien. Mais une assurance exigée par les Phoenix Suns, en raison de problèmes récurrents au cours de la saison dernière, bloque la situation du Français. "Ils nous ont dernièrement contactés pour nous informer que dans le cadre du prochain championnat NBA, il ne possèderait pas une couverture d'assurance en cas de blessure du dos. Autrement dit, le risque de blessure au dos a été exclu de la couverture du joueur NBA. Le club de Phoenix assume cet état de choses pour eux, pour la compétition NBA. Mais ils nous demandent à nous, dans le cadre de l'équipe de France, que ce risque soit couvert", explique le directeur sportif des Bleus, Patrick Beesley.

Résultat : alors que les troupes de Claude Bergeaud ont entamé lundi leur préparation pour l'Euro 2007 à Divonne-les-Bains, Boris Diaw attend un feu vert et s'entraîne "tout seul, à part, hors de l'équipe". Pas idéal. La Fédération française a donc lancé un appel d'offre et la quête d'un assureur est loin d'être aisé vu le salaire du joueurs en NBA. Le capitaine des Bleus a en effet paraphé en octobre 2006 un nouveau contrat de 32.6 millions d'euros sur cinq ans, dont 7.9 la saison prochaine. A ce tarif, beaucoup préfèrent faire l'impasse. "Nous avons beaucoup de difficulté à obtenir des propositions. Pour l'instant, on ne parle pas de montant, c'est plutôt la couverture du risque qui pose problème aux assurances. C'est bien entendu lié au montant du contrat du joueur. Et surtout au fait qu'on demande d'assurer une pathologie", explique encore Patrick Beesley.

Gelabale en renfort ?

Et quand bien même la FFBB aura trouvé un assureur, sera-t-elle prête à payer le prix ? Pas si sûr. "Ce sera un choix du président. C'est la fédération qui tranchera sur ce problème-là. Nous, on en est à la phase d'obtention de proposition de contrat. Et c'est là que nous butons puisque ça fait pratiquement quinze jours que nous sommes sur le dossier", avoue le directeur sportif. "La FFBB peut tout assumer. Elle peut même vendre son siège pour assurer la présence de Boris Diaw" , lui répond ironiquement le président, Yvan Mainini qui assure qu'une solution sera trouvée, même si les sommes en jeu sont extrêmement élevées. Une des solutions envisagées serait de faire appel à des partenaires commerciaux. Le joueur lui-même aurait proposé de renoncer à certaines primes pour assurer sa présence.

En attendant, on préfère déjà réfléchir à un remplaçant pour pallier une éventuelle défection de Diaw. "Un joueur a été alerté. C'est normal. On est obligé d'envisager toutes les possibilités, on ne peut pas au dernier moment improviser" , selon Beesley. Claude Bergeaud pourrait alors piocher dans sa liste de "réservistes". Qui de Mickaël Pietrus, Mamoutou Diarra ou Mickaël Gelabale serait l'élu ? Le dernier, titulaire lors du Mondial 2006, aurait la préférence du sélectionneur. Mais l'ailier des Sonics, actuellement en vacances en Guadeloupe, avait mal vécu son éviction de la liste de 14 en juin. Il devrait toutefois répondre favorablement à un appel de dernière minute. Le staff des Bleus espère toutefois ne pas en arriver là. Car un forfait de Boris Diaw serait un sacré coup dur avant de disputer un Euro très relevé.

0
0