TONY PARKER, quel regard portez-vous sur le parcours de l'équipe de France au Mondial-2006?
T.P. : On a fait une cinquième place, c'est correct. Il faut que l'on prenne conscience de l'écart qu'il y a entre nous et les quatre équipes qui sont devant nous pour progresser, aller de l'avant et essayer de vraiment rivaliser avec elles (Espagne, Grèce, Etats-Unis et Argentine). Je pense qu'on est à la recherche d'une identité sur le jeu, surtout en attaque. En défense on l'a trouvée. J'ai peut-être manqué à l'équipe de France au niveau du rythme et de la création. Malheureusement, Claude Bergeaud avait bâti la moitié des systèmes sur moi. J'ai aussi sans doute manqué au niveau du leadership.
Avez-vous été déçu par la prestation de Boris Diaw?
Mondial 2006
Un bilan bleu plutôt mitigé
04/09/2006 À 05:15
T.P. : C'est un de mes meilleurs amis, un joueur exceptionnel qui a explosé la saison dernière en NBA, mais j'aurais espéré qu'il fasse un peu plus, qu'il soit plus agressif et qu'il porte plus l'équipe. Je n'ai pas besoin d'être le capitaine de l'équipe de France, Boris doit garder le capitanat et moi je ferai le boulot sur le terrain.
Cela veut donc dire que l'équipe de France reste d'actualité pour vous?
T.P. : Elle est toujours d'actualité pour moi. Je serai encore plus motivé l'année prochaine pour faire une grosse compétition à l'Euro. La qualification pour les jeux Olympiques, c'est l'objectif et donc il faut qu'on termine sur le podium (les trois premiers seront qualifiés, ndlr).
Le Mondial a été une nouvelle désillusion pour le basket NBA...
T.P. : C'est bien pour le basket. Les Américains sont toujours arrogants et tant qu'ils n'auront pas compris que l'Europe a progressé, ils auront du mal à gagner. Mais ils ont fait un pas en avant, ils ont fait une préparation et ils ne sont pas loin de la médaille d'or. Mais l'Espagne était trop forte. Les Grecs ont explosé en finale parce qu'ils ont fait contre les Etats-Unis un match parfait et ils sont tombés sur une Espagne super motivée par l'absence de Gasol. C'est presque la meilleure chose qui pouvait arriver aux Espagnols.
Avec votre blessure et surtout celle de l'Espagnol Pau Gasol, les franchises NBA vont peut-être se montrer plus réticentes à l'idée de laisser partir leurs joueurs en sélections?
T.P. : Les franchises NBA ne vont pas être satisfaites mais je pense que cela dépend des relations que l'on entretient avec elles. Je ne pense pas, personnellement, que j'aurai des problèmes pour revenir en équipe de France l'année prochaine et pour les JO-2008.
Quels sont vos objectifs pour cette saison en NBA?
T.P. : C'est le All Star Game qui se tiendra, en plus, à Las Vegas. En tant qu'équipe, c'est de regagner le titre. La défaite a été dure à digérer contre Dallas (en demi-finales de conférence ouest). Avec les Mavericks (Dallas), Miami, et Détroit, on va se battre pour gagner cette bague qui nous tient tant à coeur. Ce qui me motive, c'est une troisième bague (après 2003 et 2005, ndlr). Après, je peux essayer de rattraper mon idole Michael Jordan qui en a six, j'ai encore le temps. Les Spurs ont été discrets sur le marché des transferts, c'est très différent de ce qu'on a fait l'an dernier. Il faut voir comment la mayonnaise va prendre.
Serez-vous prêt dès l'entame de la saison?
T.P. : Je repars à San Antonio vendredi et j'espère être au top le 5 octobre pour faire plaisir au public français contre l'Asvel (Les Spurs, en tournée européenne, disputeront deux matches exhibitions face à l'Asvel à Villeurbanne le 5 octobre et au Maccabi Tel Aviv (ISR) le 8 octobre à Paris Bercy, ndlr). Mon doigt s'est presque remis. Il est encore gonflé, un peu tordu, ça va se remettre avec le temps, mais je pense que je serai à 100% quand le camp d'entraînement des Spurs va commencer le 1er octobre. Pour l'instant je dribble juste, je ne shoote pas trop, j'essaie de ne pas mettre de poids dessus.
Ce sera un plaisir pour vous de jouer en France?
T.P. : J'adore. Franchement, jouer devant mon public, c'est toujours un moment un peu à part. La première fois qu'on l'a fait, c'était en 2003 et ça s'était super bien passé. Ce sont des matches amicaux, mais il ne faut pas qu'on déconne et qu'on perde contre une équipe européenne. Ca va rattraper un peu le fait que je n'ai pas pu jouer au Championnats du monde.
Mondial 2006
Gasol, la drôle de consécration
03/09/2006 À 18:15
Mondial 2006
L'Espagne sur le toit du monde
03/09/2006 À 13:00