San Antonio frappe fort

San Antonio frappe fort
Par Eurosport

Le 01/09/2005 à 12:00Mis à jour

Toujours plus haut, toujours plus vite, toujours plus fort? Déjà impressionnant, l'effectif des Spurs vient de recevoir, en deux jours, le renfort de Nick Van Exel et surtout de Michael Finley, l'arrière de Dallas. Deux renforts de choix pour Duncan, Park

Michael Finley a choisi. Libre de tout contrat, le joueur de Dallas était courtisé par de nombreuses franchises et pas des moindres. San Antonio, Phoenix, Miami et Minnesota étaient sur les rangs, mais ce sont finalement les Spurs qui ont arraché le morceau, alors que le Heat, jusqu'en début de semaine, semblait mieux placé pour s'attacher ses services.

Une option sage

A 32 ans, Michael Finley sait que ses meilleures années sont derrière lui. Ses statistiques personnelles n'ont cessé de chuter ces dernières saisons, passant de 22,6 points par match en 2001 (son record) pour finir à 15,7 points par rencontre en 2004-2005. Nettement moins influent au fil des ans, il avait laissé les clés de la maison Dallas à Dirk Nowitzki. Il était également devenu moins explosif qu'à ses débuts, devenant essentiellement un jump shooter.

S'il ne peut plus porter une équipe (mais il n'aura pas à le faire), l'ancien All Star n'en reste pas moins un joueur de premier plan. Pour les Spurs, c'est donc un gros coup. Pour Finley, c'est une option sage. Il va perdre du temps de jeu, mais gagnera sans doute plus de matches. Dans un secteur extérieur déjà très fourni, où Brent Barry, Bruce Bowen et surtout Manu Ginobili jouent déjà un rôle essentiel, Finley devrait se voir offrir une vingtaine de minutes par match. Guère plus.

Parker pas contrarié

Le Français voit plutôt d'un bon oeil ce qu'il considère comme un soutien davantage que comme un concurrent. "Ça ne me dérange pas, au contraire, je vais apprendre, c'est un bon meneur", note le meneur tricolore. "Nous ne sommes pas en concurrence directe. Il peut aussi occuper le poste d'arrière et on peut jouer en même temps. De toute façon, ils pouvaient amener n'importe qui, il n'y a pas de problème, c'est ça le basket, il y a de la concurrence", sourit TP.

0
0