NBA - PLAY-OFFS

. CONFERENCE EST

NBA
Sterling : "Magic a couché avec toutes les filles du pays"
13/05/2014 À 07:57

CHICAGO - DETROIT : 85-95 (série: 2-4)
P.Brown (Chi) : 20 points, 5 rebonds, 3 passesB.Gordon (Chi) : 19 pts, 3 rbds, 3 passesL.Deng (Chi) : 17 pts, 5 rbds, 4 passes R.Hamilton (Det) : 23 pts, 3 rbds, 2 passesC.Billups (Det) : 21 pts, 2 rbds, 7 passesR.Wallace (Det) : 16 pts, 13 rbds, 4 passes

Insatiables Pistons ! Detroit ne laisse décidément pas filer grand chose dans la Conférence Est depuis plusieurs saisons et ce n'est pas cette année que la donne va changer. Les fans de Chicago y croyaient pourtant. Alors que leurs favoris étaient menés 0-3 dans cette série, ils espéraient bien que les Bulls deviendraient la première équipe à remonter un tel handicap dans l'histoire de la NBA. Mais Detroit a de l'expérience. En s'imposant dans l'Illinois (85-95) lors du match N.6, les Pistons se sont épargné la pression de disputer un septième match dans le Michigan contre des Bulls euphoriques. Et ils se sont qualifiés pour leur cinquième finale de conférence consécutive, devenant la cinquième équipe à réaliser une telle série dans l'histoire de la ligue.

Mené de cinq points à la pause, Detroit a fait la différence dans le troisième quart-temps. Plus agressifs en défense, notamment aux rebonds, les Pistons ont fait parler la poudre en attaque grâce notamment à Chauncey Billups, auteur de 11 de ses 21 points lors de cette période. Malgré un taux de réussite moyen (3/12 au tir), Mr Big Shot a largement contribué à lancer les siens sur la voie du succès même si le meilleur marqueur de son équipe restera Richard Hamilton avec ses 23 points.

Auteur d'un match complet (16 points, 13 rebonds), Rasheed Wallace estime que les Pistons ont fait la différence grâce à un meilleur système offensif en deuxième période. "On a beaucoup plus fait tourner le ballon par rapport à la première période, où nous étions trop statiques. On a profité de la mi-temps pour corriger le tir", a expliqué l'intérieur de Detroit à l'issue de la rencontre. En face, Chicago n'est pas parvenu à contenir les mouvements des Pistons comme les Bulls avaient réussi à le faire en première période. Mais les hommes de Scott Skiles ont quand même réussi le meilleur parcours de la franchise depuis 1998. De quoi aborder l'avenir avec optimisme, même si cela n'a pas suffi pour faire plier des Pistons sans rivaux à l'Est.

NBA
Dallas : Carlisle hospitalisé
08/10/2010 À 23:49
NBA
Ming plus fort que Jordan ?
14/09/2007 À 07:48