Reuters

L'atout Rondo

L'atout Rondo
Par Eurosport

Le 03/06/2010 à 00:25Mis à jour Le 03/06/2010 à 10:19

Rajon Rondo est une pièce maitresse de Boston. Son activité débordante et son impact sont des clefs du système des Celtics. Face aux Lakers lors des finales NBA, qui commencent dans la nuit de jeudi à vendredi, le meneur aura une belle carte à jouer et pourrait être un cauchemar pour Derek Fisher.

Et si la principale différence entre la finale de 2008 et celle de cette année s'appelait Rajon Rondo ? La question peut surprendre puisque le meneur était déjà là il y a deux ans. Aux côtés de Kevin Garnett, Ray Allen et Paul Pierce, l'ancien pensionnaire de l'université de Kentucky était même titulaire. Il avait apporté sa contribution à la victoire de Boston contre les Lakers avec ses 9.3 points, 6.6 passes et 1.5 interception sur les six matches de la finale. Deux ans plus tard, son statut n'est plus le même. Depuis le dernier sacre des C's, ce n'est plus un simple complément du Big Three.

Tout au long de la saison, Rondo s'est imposé comme le chef d'orchestre de la franchise du Massachusetts. Un coup d'oeil sur ses statistiques permet de se rendre compte de son impact (13.7 pts, 4.4 rbds, 9.8 pds). Mais elles ne résument pas toute son activité. Il donne le rythme en attaque, apporte sa hargne en défense et explose les "blocs" adverses avec ses pénétrations ravageuses. Cerise sur la gâteau : il a encore élevé le ton en playoffs. Toujours aussi imprévisible, il a égalé le record de passes décisives sur un match de playoffs des Celtics (19), a signé un triple-double exceptionnel face à Cleveland (29 pts, 18 rbs et 13 pds) et affiche des moyennes hallucinantes avec 16.7 points, 5.3 rebonds, 10 passes et 2.1 interceptions.

"Le ciel est sa limite"

Rondo sera assurément l'une des clefs de cette nouvelle finale entre les deux franchises les plus titrées de la NBA.  Il sera un casse-tête à résoudre pour Phil Jackson, l'entraîneur de L.A.. Dans le cinq majeur des Californiens, il y a un point faible : le poste de meneur. A bientôt 36 ans, Derek Fisher ne peut plus défendre comme avant et souffre face aux meneurs rapides. Rondo a le profil idéal pour devenir son cauchemar dans les prochaines semaines. En saison régulière, le meneur de Boston s'était ainsi régalé lors de ses deux matches face aux Lakers avec 17.5 points, 5 rebonds, 11.5 passes et 3.5 interceptions de moyenne.

Pour limiter son impact, Bryant pourrait être amené à défendre sur lui comme LeBron James l'a fait en demi-finale de Conférence Est. Mais Bob Cousy, l'ancien illustre meneur des Celtics dans les années 50, ne s'en fait pas pour son successeur. "Avec sa vitesse et sa vivacité, je ne pense pas que quelqu'un puisse défendre sur lui efficacement. Sa créativité et son imagination ont pris une autre dimension cette année. Il peut encore progresser. Le ciel est sa limite", lâche-t-il dans le Boston Herald. Seul bémol ? Son état physique. Touché au dos depuis le duel face au Magic, Rondo ne sera pas à 100% de ses moyens. "Je serai à 94.7% jeudi pour le premier match", rassure-t-il. C'est déjà ça de pris pour Derek Fisher...

0
0