AFP

En l'absence d'Ibaka, San Antonio appuye là où ça fait mal face à OKC

Face au Thunder, San Antonio appuye là où ça fait mal en l'absence d'Ibaka

Le 20/05/2014 à 13:56Mis à jour Le 20/05/2014 à 14:22

Les San Antonio Spurs se sont montrés sans pitié avec le Thunder cette nuit. Ils ont appuyé là où ça fait mal et ont pris le contrôle de la raquette en l’absence de Serge Ibaka.

L’absence de Serge Ibaka va peser lourd dans cette finale de Conférence entre les San Antonio Spurs et le Thunder d’Oklahoma City. Sans même jeter un œil aux statistiques, on peut constater à "l’œil nu" les effets dissuasifs qu’il provoque sur ses adversaires lorsqu’il est sur le parquet. L’intérieur du Thunder est une machine à contrer, un joueur grand et mobile avec de longs segments capable de contester les pénétrations en deuxième rideau, de recouvrir à temps sur les pick&roll et les pick&pop et donc de dissuader l’équipe adverse de prendre d’assaut la raquette d’Oklahoma City.

Mais Serge Ibaka n’est plus là, du moins pas pour le moment. En son absence, les San Antonio Spurs s’en sont donnés à cœur joie, attaquant le cercle avec acharnement, abreuvant Tim Duncan (27 pts) au poste et multipliant les pick&roll afin de finir de près. Si Nick Collison et Steven Adams ne sont pas des peintres, ils n’ont pu empêcher le Thunder d’encaisser la bagatelle de 66 points dans la peinture. "Ils (les Spurs) ont pu faire tout ce qu’ils voulaient. On a pris 66 points dans la raquette dont 40 en première période. Habituellement, on est fier de notre défense, mais hier soir nous n’avons pas été bons dans ce domaine", explique Scott Brooks. Le coach du Thunder semble déjà à court de solutions. Il a essayé divers cinq majeur mais on avait bien le sentiment qu’il s’agissait plus d’expériences et de tentatives désespérés que de réels ajustements.

Tim Duncan (San Antonio) face à Kevin Durant (OKC)

Tim Duncan (San Antonio) face à Kevin Durant (OKC)AFP

Ibaka laisse un vide

En face, Tim Duncan était injouable et les Spurs ont donc inscrit 31 paniers dans la raquette… à 72,1% de réussite (57% d’adresse globale pour les Texans lors de cette première manche). L’absence de Serge Ibaka s’est évidemment fait ressentir et ce malgré la bonne défense de Nick Collison dans le troisième QT. En réalité, la présence du Congolais a des conséquences psychologiques – de même que son absence donc – sur les joueurs du Thunder. Reggie Jackson a une explication intéressante sur le sujet. "C’est très dur de jouer sans Serge. Vous devenez un peu paresseux en jouant avec un mec comme lui qui conteste tellement de tirs. Votre corps vous indique de guider votre adversaire vers Serge. Il faut que l’on enlève ça de nos têtes." "Evidemment, il y a une énorme différence lorsque Serge Ibaka n’est pas là. C’est l’un des meilleurs défenseurs de la NBA", ajoute Tony Parker.

Les joueurs de Scott Brooks ont peut-être pris de mauvaises habitudes. Cette nuit, ils ont morflé sur les drives de Manu Ginobili (18 pts), Tony Parker (14 pts, 12 pds) et Kawhi Leonard (16 pts). La puissance collective des Spurs n’a laissé aucun répit à la défense moyennasse – c’est un euphémisme – d’Oklahoma City. Pour pallier aux difficultés défensives de son équipe, Brooks est contraint de laisser Nick Collison et Steven Adams ensembles sur le parquet. Or, aucun des deux n’est une arme de premier, ni de second, plan en attaque. Les Spurs ont incité Collison à prendre les tirs à mi-distance habituellement réservés à Serge Ibaka (l’intérieur le plus adroit de la ligue à 5-6 mètres). Le remplaçant du Thunder n’a converti aucune de ses trois tentatives.

Serge Ibaka manque au Thunder face à San Antonio

Serge Ibaka manque au Thunder face à San AntonioAFP

L’impact de Boris Diaw

Le coach a donc lancé son cinq "small ball" avec Kevin Durant au poste 4 et Caron Butler, Reggie Jackson et Russell Westbrook à ses côtés et Adams en pivot. Historiquement, ce groupe a fait ses preuves sur de courtes séquences et les statistiques avancées des combinaisons "small ball" du Thunder sont toutes (largement) positives. Avec plus d’espaces en attaque, Durant, Westbrook et même Jackson – très bon cette saison contre San Antonio – peuvent causer de gros dégâts. Les défenses ont également pris l’habitude de respecter l’adresse extérieure de Butler. Mais Gregg Popovich n’est pas le premier venu et il a évidemment trouvé la parade. Lorsque le Thunder joue petit, il a la possibilité de faire de même et d’aligner Boris Diaw au côté de Tim Duncan.

Le Français est suffisamment mobile pour défendre sur le MVP de la saison tout en prenant le dessus sur la star filiforme au poste bas en attaque. Selon SynergySports, Boris Diaw est l’un des joueurs les plus efficaces de la ligue dos au panier (0,96 pt rapporté par possession). Hier soir, il a inscrit 9 points en trois paniers (et trois lancers) tous marqués dans la peinture face à des défenseurs différents, de Caron Butler à Reggie Jackson. "C’est un duel sur lequel on peut se reposer pour prendre l’avantage", explique Tony Parker. Boris Diaw aura un impact non négligeable sur la série. Il permet à San Antonio de limiter l’efficacité du Thunder sur les phases "small ball", ce qui était annoncé comme la parade de Kevin Durant et ses coéquipiers à l’absence de Serge Ibaka. Le Thunder n’est pas mort, loin de là. Mais comme prévu, les joueurs d’Oklahoma City vont souffrir dans la raquette durant cette série.

Boris Diaw peut défendre sur Kevin Durant

Boris Diaw peut défendre sur Kevin DurantAFP

Cet article San Antonio, un raquette en bande organisée est apparu en premier sur Basketsession.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313