Imago

Nancy y sera

Nancy y sera
Par Eurosport

Le 06/06/2008 à 16:10Mis à jour

Grâce à un exceptionnel Ricardo Greer, Nancy a décroché le premier ticket pour la finale en disposant dans sa salle de Villeurbanne (104-89). Les Lorrains joueront Le Mans ou Roanne, qui s'affronteront samedi.

NANCY BAT VILLEURBANNE : 104 à 89 (23-32, 21-19, 33-16, 27-22)

Nancy: 36 paniers (dont 14 sur 31 à 3 pts) sur 63 tirs - 18 LF sur 25 tentés - 30 rebonds (Julian, 7) - 23 passes décisives (R. Greer, 9) - 8 balles perdues - 13 fautes personnelles

Marqueurs: Bauer (18), R. Greer (30) G. Greer (17) Samnick (8), Amagou (11), Dowdell (1), Julian (10), TJ Parker (9)

Villeurbanne: 34 paniers (dont 16 sur 34 à 3 pts) sur 62 tirs - 5 LF sur 7 tentés - 29 rebonds (Wilson, 6) - 16 passes décisives (Conley, 3) - 15 balles perdues - 23 fautes personnelles - 2 joueurs éliminés: Jeanneau (34), Colnley (35)

Marqueurs: Foirest (3), Nsonwu-Amadi (13), Sangare (17), Troutman (16), Conley (14), Wilson (16), Diakité (4), Cakaredic (3), Joss-Rauze (3)

Porté par une deuxième mi-temps de rêve, Nancy a remporté sa demi-finale d'appui et se qualifie pour sa quatrième finale du Championnat de ProA consécutive, en battant Villeurbanne 104 à 89 vendredi soir à Gentilly, au terme d'un match de très grande qualité. Pour s'ouvrir les portes de Bercy, le club a d'abord subi la domination des Villeurbannais, avant de renverser la tendance selon un scénario plutôt improbable.

"C'est un des matches les plus incroyables qu'il m'ait été donné de coacher, et pourtant j'ai quelques cheveux gris et des années de route", commentait l'entraîneur nancéien Jean-Luc Monschau à l'issue du match. Villeurbanne a pris le contrôle des opérations pendant toute la première période, affichant rapidement 13 points d'avance (18-5, 4e) grâce à une adresse à 3 points exceptionnelle, à l'image du tandem Sangaré-Wilson, auteurs d'un irréel 7 sur 8 derrière la ligne au premier quart-temps.

Mais, après avoir atteint la pause avec 7 longueurs de retard (44-51), le SLUC Nancy renversait complètement la vapeur au troisième quart-temps, écrasé 33 à 16, dans le sillage de son capitaine Ricardo Greer, auteur d'un match de titan (30 points, 9 passes, 6 rebonds, 6 fautes provoquées et 37 d'évaluation). "Nancy a joué particulièrement le coup dans ce troisième quart-temps en montant son niveau défensif d'un cran et en étant très agressif" , analysait Yves Baratet, l'entraîneur de Villeurbanne.

Le SLUC virait ainsi avec 10 points d'avance au dernier quart-temps (77-67), avant de faire fructifier son capital dans une fin de partie débridée, avec notamment une belle réussite extérieure de TJ Parker (3 tirs sur 4 a 3 points), sous les yeux de son frère Tony présent dans les tribunes. "C'est la foi qui nous sauve" , commentait Jean-Luc Monschau. Le club de basket-ball lorrain attend désormais l'autre demi-finale d'appui samedi, pour savoir qui, du Mans ou de Roanne, il affrontera en finale.

Si Le Mans le rejoint, Nancy sera assuré de disputer pour la première fois l'Euroligue, la compétition européenne reine. Après trois finales perdues, Nancy peut désormais s'inspirer de son malheureux adversaire du soir, qui avait également échoué trois fois d'affilée en finale de ProA, avant d'enfin remporter le titre pour sa quatrième tentative consécutive en 2002.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313