Tout le Royaume-Uni et le monde de la boxe rêvaient d'un combat entre Anthony Joshua "AJ" et le "Gipsy King" (roi des Gitans) Kubrat Pulev invaincu, avec, en jeu, les cinq ceintures de la catégorie-reine. Pour beaucoup, le rendez-vous de samedi n'est d'ailleurs qu'un crochet sur la route de l'affrontement ultime entre les deux boxeurs britannique. Figure très populaire - il passe en boucle à la télé dans des pubs pour un moteur de recherche californien -, Joshua a une histoire comme le sport en général, et la boxe en particulier, les aiment.
Celle de la rédemption d'un garçon né de parents d'origine nigériane - son père avait aussi du sang irlandais - qui aurait pu mal tourner, mais sauvé par la boxe au point de devenir champion olympique en 2012 à Londres, puis champion du monde. Doué pour le football et l'athlétisme, il ne découvre la boxe qu'à 18 ans, grâce à son cousin Ben Ileyemi. "Ben l'avait amené uniquement pour le sortir de la rue", avait raconté au Daily Telegraph, en 2016, Spencer Oliver, qui avait vu débarquer en 2007 le jeune Joshua dans le Finchley Amateur boxing Club dirigé par son père et son oncle. "Je me rappelle mon père dire qu'il deviendrait spécial. Mais à l'époque, il menait une mauvaise vie", avait-il ajouté.

"Je dois devenir milliardaire"

Boxe
Dans la douleur, Charlo conserve son titre WBC
20/06/2021 À 08:54
Joshua a même fait de la détention provisoire pour une bagarre, avant d'être relâché avec un bracelet électronique en 2009. Un an plus tard, il rejoint un centre d'entraînement fédéral pour se consacrer à plein temps à la boxe. Mais ses mauvais démons le rattrapent. En 2011, la police l'arrête en possession de 250 grammes de marijuana. "A l'époque, je touchais environ 500 livres (550 euros) par mois (...) pas de quoi me tenir à l'écart de certaines "opportunités", a raconté Joshua dans un podcast fin juillet.

Anthony Joshua Andy Ruiz

Crédit: Getty Images

"Quelle que soit l'oeuvre du diable sur moi, il fallait que je la bloque pour rester sur un chemin vertueux. C'est encore une bataille aujourd'hui, mais je sais comment la gérer", a-t-il assuré, tout en assumant vouloir devenir milliardaire à l'image de l'Américain Floyd "Money" Mayweather. "Quand j'ai débuté, je voulais devenir multimillionnaire. Mais de nos jours, des gens ordinaires deviennent millionnaires (...) rien qu'avec l'immobilier. Donc ma nouvelle façon de penser, c'est que je dois devenir milliardaire", avait-il expliqué au magazine GQ en 2017.

Pas le droit à l'erreur

Pour le combat de samedi pourtant, Covid oblige, il a dû revoir sa bourse à la baisse et il n'y aura que 1000 spectateurs dans la SSE Arena à quelques encablures de Wembley où il avait combattu et mis à la retraite Vladimir Klitschko devant 90.000 personnes en 2017. Battu pour la première fois de sa carrière le 1er juin 2019 par Andy Ruiz Jr, avant de reprendre ses ceintures il y a un an avec une large victoire aux points, Joshua (31 ans, 23 victoires, dont 21 avant la limite) n'aura pas le droit à l'erreur contre son challenger de 39 ans.

Kubrat Pulev

Crédit: Getty Images

Les deux hommes devaient s'affronter le 28 octobre 2018 à Cardiff, mais le Bulgare, blessé à une épaule, avait déclaré forfait et Joshua avait finalement battu le Franco-Camerounais Carlos Takam, par arrêt de l'arbitre à la 10e reprise. Si les bookmakers prévoient une victoire de Joshua en sept rounds, il faudra se méfier du coriace Pulev aux 28 victoires, dont 15 avant la limite et une seule défaite lui aussi, lors de sa seule chance pour un titre mondial, contre Vladimir Klitschko en 2014.
Mais au bout, il y a la perspective d'un combat historique en 2021. "Je suis aussi près que possible d'être sûr à 100% que le combat contre Fury se fera", a d'ailleurs promis mercredi son promoteur, Eddie Hearn, avant de préciser: "Si AJ gagne samedi".
Boxe
Inoue conserve ses titres chez les coqs
20/06/2021 À 08:44
Boxe
Le Russe Povetkin annonce la fin de sa carrière
13/06/2021 À 17:30