Son combat face à Martin Bakole a été reporté à une date ultérieure. Le retour des jauges liées au Covid-19 a eu raison de la volonté du promoteur. Dans une longue interview accordée à L'Equipe, Tony Yoka ne cache pas sa frustration. "Ça me dégoûte", lance-t-il d'emblée alors qu'il avait déjà dû changer ses plans après la blessure de Carlos Takam. Mais le champion olympique 2016 ne compte pas se laisser abattre.
A 29 ans et alors qu'il n'a plus combattu depuis le 10 septembre et une victoire (par KO au 7e round) sur le central de Roland-Garros contre le Croate Peter Milas, Yoka a faim. Et veut se donner les moyens de viser haut. Alors, il le redit. A sa façon. "2022 sera une grande année, prévient-il dans le quotidien sportif. Je suis mieux placé dans la hiérarchie des lourds, j'ai vraiment hâte de me mesurer à Bakole qui est mieux classé que moi."

Tony Yoka avant son combat face à Petar Milas, le 10 septembre 2021 à Roland-Garros

Crédit: Getty Images

Boxe
Nouvelle victime du retour des jauges, le combat Yoka-Bakole reporté
28/12/2021 À 21:40
Je le boxe tous les jours, Joshua
S'il est freiné dans sa quête de sommet par cette histoire de jauge, celui qui a remporté neuf de ses onze combats professionnels par KO sait clairement où il veut aller. Et comment. "Je veux faire des gros combats, avoir mon mot à dire dans cette catégorie", explique-t-il tout en précisant qu'il aimerait avoir sa chance aux Etats-Unis.
Quand il dit cela, tout le monde pense bien sûr à Anthony Joshua. Surtout que son prédécesseur comme champion olympique des poids lourds a ouvert la porte à un combat début décembre. "Je suis prêt à combattre Yoka n’importe quand comme tous les autres dans cette division", avait glissé le champion britannique lors d'un entretien pour RMC.
Tony Yoka, à qui on parle de ce duel depuis des années, n'a évidemment pas raté l'appel du pied. "Mais moi, je le boxe tous les jours, Joshua, a répondu le Français. Je ne suis pas de ceux qui se cachent ou veulent prendre le moins de risques possible. J'ai 29 ans, ça y est, c'est bon, je suis prêt à affronter ces mecs-là". Comme une réponse à ses détracteurs, qui lui reprochent de ne pas combattre des boxeurs "premiers choix". Car pour lui, c'est surtout une question d'opportunité. Plus que d'envie. "En boxe, tout peut aller très vite. Il suffit qu'il y en ait un qui te donne ta chance. Et si tu le bats, c'est bon", conclut-il. Avec l'espoir que cette chance arrive.
Boxe
L’AIBA devient l’IBA alors que le Congrès extraordinaire adopte une réforme générale
18/12/2021 À 16:56
Boxe
Seul avec un ratio de 100% de K.-O., Beterbiev conserve son titre WBC et IBF chez les mi-lourds
18/12/2021 À 07:30