Reuters

L'énorme désillusion

L'énorme désillusion
Par AFP

Le 25/02/2010 à 16:06Mis à jour

Seulement 29e à l'issue du concours de saut en raison de conditions climatiques difficiles, Jason Lamy-Chappuis a terminé à la 18e place du combiné nordique. Les autres favoris ont également été piégé. Seul l'Américain Bill Demong a tiré son épingle du jeu et décroche l'or devant Johnny Spillane.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Onze jours après son sacre olympique sur petit tremplin, Jason Lamy-Chappuis a manqué le doublé dans les épreuves individuelles de combiné nordique des jeux Olympiques 2010 jeudi, perdant tout espoir dès le concours de saut à skis transformé en loterie par la météo. Quelle déception, quelle frustration pour Lamy-Chappuis ! Au lieu de devenir le premier Français double médaillé d'or aux JO d'hiver depuis le triplé de Jean-Claude Killy en 1968, le Jurassien a terminé dans l'épreuve sur grand tremplin à une bien pâle 18e place, peu en rapport avec son potentiel et sa forme du moment.

A l'échauffement, sous le ciel gris de Whistler, Lamy-Chappuis avait fait part de son inquiétude et avait vu juste, comme souvent: "Cela risque d'être une grosse loterie". Comme beaucoup de favoris, il a été victime de la météo et surtout de la décision très contestable du jury de laisser se dérouler le concours de saut dans des conditions guère équitables, avec des changements brusques de vent, des épisodes de pluie et de neige entrecoupés d'accalmies. Lorsqu'il s'élance en dernier en vertu de sa première place au classement mondial avec le dossard 46, le Français a vu juste avant lui de sérieux clients comme l'Autrichien Felix Gottwald et l'Allemand Eric Frenzel "prendre la bosse" comme disent les sauteurs, c'est à dire rater leur envol et retomber à 105,5 et 104,5 m.

Demong sacré

Lamy-Chappuis a beau être l'un des meilleurs sauteurs du circuit et avoir dépassé régulièrement les 130 m durant les entraînements, il ne peut rien faire contre les éléments. Sous la neige, pris dans une bourrasque, il réalise un saut à 113 m qui le condamne à un rôle de figurant dans le 10 km de ski de fond. "Je suis déçu, car je n'ai pas pu montrer ce que je pouvais faire et je suis en colère, c'était des conditions impossibles", a-t-il aussitôt regretté. Le champion olympique ne peut être accusé de se chercher des excuses: dans l'aire de réception, Gottwald et Edelmann fulminaient eux-aussi contre le jury.

"Les meilleurs se sont faits 'enfler', c'est scandaleux que cela arrive aux JO", s'est emporté l'Autrichien, triple champion olympique. "Cela n'a plus rien à voir avec du sport", lui répondait Edelmann. Parti avec plus de deux minutes de retard sur l'Autrichien Bernhard Gruber, auteur d'un saut à 134 m, Lamy-Chappuis, né aux Etats-Unis d'une mère Américaine et d'un père Français, ne se faisait guère d'illusions et a terminé à plus de deux minutes de l'Américain Bill Demong, sacré devant son compatriote Johnny Spillane, qui a décroché sa troisième médaille d'argent des JO-2010. Même si son grand copain, François Braud, prometteur cinquième après le saut, a terminé à la 14e place, même s'il ramène une belle médaille d'or, "Jez" repartira du Canada avec le sentiment de ne pas avoir pu complètement s'exprimer.

0
0