La France rêvait d’être la quatrième nation titrée sur la course en ligne des Championnats d’Europe, après la Slovaquie, la Norvège et l’Italie. Mais ce sont les Pays-Bas qui ont rejoint ce cercle fermé avec le sacre - logique tant il faisait office de favori -de Fabio Jakobsen, vainqueur du sprint massif munichois. Leader désigné de l’équipe de France, Arnaud Démare n’a pas démérité mais le Picard a dû se contenter de la 2e place. Un résultat qui devient une habitude pour les Bleus aux Europe, après celle décrochée par Julianlippe en 2016 à Plumelec et celle de … Démare, déjà, en 2020.
On a peut-être été un peu impatient
Cyclisme
Evenepoel sacré, Pogacar détrôné, WVA et MVDP : les moments forts des trois GT
12/09/2022 À 06:13
"Je venais pour les étoiles, forcément, je suis déçu, avouait le Français. Je réponds présent,mais j'espérais plus. J'avais ces Championnats d'Europe dans la tête depuis que Thomas (Voeckler, le sélectionneur) m'avait appelé mi-juillet". D'autant que l'équipe de France était constituée autour de lui. Et que la course des Bleus, à défaut d'avoir été victorieuse, a été quasi parfaite. En tout cas à la lecture du plan initial. "Le but, c’était vraiment d’étirer dans le dernier tour, expliquait Démare au micro de France Télévisions. Il fallait rester patient avant de mettre un gros coup de vis, tous ensemble. C’est ce qu’on a fait. Chacun a vraiment fait son effort comme il fallait".

Coup dur pour l'Allemagne, Ackermann percute une barrière et chute

Après avoir été discrets un long moment, les Bleus ont pris les commandes du peloton à 10km de l’arrivée, accélérant sérieusement l’allure. Mais à rouler aussi fort, aussi tôt, l’équipe de France a rapidement perdu des éléments qui ont manqué à Démare, esseulé dans le dernier kilomètre. "On a peut-être été un peu impatients, regrette le Français. On était bien placé et on aurait pu bénéficier encore un peu des autres. Mais finalement, je me suis bien débrouillé pour le final". Mais le sprinter tricolore a dû se débrouiller seul.
Peut-être qu'il fallait lancer mon sprint un peu avant lui
Une situation qui n’est pas forcément idéale, encore plus pour un Arnaud Démare qui préfère lancer les sprints en tête. Mais le Français s’est adapté à la situation, avec beaucoup d’intelligence et de lucidité, en se calant dans le sillage du favori, Fabio Jakobsen. "J'étais dans sa roue au kilomètre, a-t-il expliqué à France Télévisions. Je savais qu’il avait encore un équipier (Danny van Poppel) pour remonter. Il fallait faire un gros sprint, la dernière ligne droite était longue. J’ai choisi la bonne roue, mais Jakobsen était plus fort". Pouvait-il faire mieux ? Pouvait-il faire autrement ? "Peut-être qu'il fallait lancer mon sprint un peu avant lui, analysait-il en zone mixte. Mais je pense qu'il n'y avait pas trop la place".

Le podium des championnats d'Europe 2022 avec Jakobsen (Pays-Bas) titré, entouré de Démare (France) et Merlier (Belgique)

Crédit: Getty Images

Mais l’équipe de France, comme Démare, n’a pas vraiment de regrets à avoir. Organisée autour de son sprinter picard, elle s’est dans un premier temps contentée de passer des relais en tête de peloton avec les autres nations de favoris comme la Belgique (Merlier) ou les Pays-Bas (Jakobsen) avant de suivre les rares coups lancés autour de l’Erasburg, à près de 100km de l’arrivée. Jamais piégés, les Bleus ont simplement appliqué le plan prévu. Et celui-ci s’est déroulé sans accroc.
Il vaut mieux ça, que de perdre de deux centimètres
"Ce n’était pas une journée très dure mais usante nerveusement, a raconté le Tricolore. Encore plus sur le circuit, sinueux, ultra urbain, avec des barrières et des chicanes… Il fallait éviter le danger avant d’aller jouer le final. Je voulais éviter tout danger et être vraiment placé à 10 bornes. Pour ça, il fallait des mecs qui frottent donc on avait essentiellement des sprinters. Non, vraiment, l'équipe de France a fait un super boulot." Le plan était parfait. Presque parfait. Il ne manquait qu’une solution au problème posé par la vitesse de Jakobsen. Mais, en 2022, rares sont ceux qui ont trouvé la réponse. Et comme le disait le sélectionner Thomas Voeckler lui-même : "Il vaut mieux ça, que de perdre de deux centimètres".

Arnaud Démare (France, sur la droite) ne peut que constater le titre de champion d'Europe 2022 de Fabio Jakobsen (Pays-Bas)

Crédit: Getty Images

Championnats d'Europe
Jakobsen, Démare, Pedersen... : la chasse au maillot étoilé est lancée
13/08/2022 À 12:15
Championnats d'Europe
Démare champion d’Europe ? "Il sait aussi se débrouiller tout seul"
11/08/2022 À 22:49